X hits on this document

1001 views

0 shares

0 downloads

0 comments

173 / 367

  • -

    145 -

Occupations des officiers de milice (1812-1815)

marchands

140

41%

142

65%

professionnels

87

25%

35

16%

aristocrates

94

27%

24

11%

fonctionnaires

4

1%

13

6%

artisans

10

2%

1

-

divers

1

-

1

-

total

Francophones

Anglophones

336

216

Ces chiffres suggèrent que le centre principal de diffusion des valeurs aristocra- tiques se trouve au début du XIXe siècle dans la société canadienne-française alors que la communauté anglophone semble devenue a cette époque le foyer principal des valeurs bourgeoises. Comme nos chiffres concernant les officiers de milice l'indiquent, le phénomène de la montée des classes moyennes au XVIIIe siècle n'est pas particulier aux anglophones. Mais le fait que ceux-ci par- viennent progressivement après 1774 à jouer un rôle dominant dans le mouve- ment vers la concentration des entreprises et dans le développement d'une cons- cience de classe bourgeoise, a une importance capitale pour la diffusion de la mentalité capitaliste dans l'ensemble de la société. Cette bourgeoisie commer- çante est engagée à fond dans l'économie des pelleteries et fait fonction d'agent stimulateur de la commercialisation du secteur agricole. C'est surtout elle qui oeuvre sur les marchés extérieurs et qui construit les moulins ou le blé est trans- formé pour être vendu en dehors de la colonie. C'est la commercialisation de l'agriculture qui l'incite à acheter des seigneuries parce qu'elle voit en elles une source de profit et ensuite un instrument de promotion sociale. Au début du XIXe siècle, lorsque le secteur agricole devient de moins en moins prospère dans les seigneuries, son intérêt pour la propriété seigneuriale commence à diminuer. C'est le moment, à la veille même de l'expansion de l'économie forestière, ou elle se laisse attirer par les concessions massives de terre neuve dans les town- ships. Le début du XIXe siècle marque aussi le commencement d'une remise en question systématique, de la part des éléments les plus dynamiques de cette bourgeoisie anglophone, du régime seigneurial et de la Coutume de Paris. Sur le sort des institutions d'ancien régime, les classes moyennes francophones et an- glophones sont d'une façon générale en situation de conflit.

La liste des officiers supérieurs anglophones traduit sans doute l'espoir en- tretenu parmi les dirigeants gouvernementaux de voir se développer une gentil- hommerie non titrée et formée de grands propriétaires fonciers. La présence de certains hauts fonctionnaires dans ce groupe, tels Percival et Lindsay, l'indique. La nomination au grade de lieutenant-colonel de plusieurs leaders des townships appuie cette hypothèse: Cull, Luke, Ruiter, Scott, Willard appartiennent aussi a

Document info
Document views1001
Page views1001
Page last viewedTue Dec 06 17:42:09 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments