X hits on this document

1121 views

0 shares

0 downloads

0 comments

180 / 367

  • -

    152 -

Cette noblesse toujours imbue de ses traditions militaires mais qui, dans la réalité, devient de plus en plus une noblesse foncière possède des appuis dans la société au lendemain de la conquête. En effet une aristocratie anglophone, com- posée d'aristocrates et de militaires, s'était installée dans la colonie et, en ache- tant des seigneuries, s'était donné une base foncière. Le destin de ces aristocrates est parallèle à celui des nobles et leur déclin se produit en même temps. Le rôle qu'ils assument ou tiennent à assumer comme officiers de milice colle étroite- ment à cette situation.

Quant aux bourgeois francophones qui, pendant plus d'une décennie, avaient semblé suivre d'assez près les aspirations de la bourgeoisie anglophone, ils ont tendance vers la fin du siècle à renouer contact avec les aspirations aristo- cratiques qui, à l'époque française, avaient fleuri dans cette catégorie sociale. Contrairement à la plupart des marchands anglophones qui achètent des seigneu- ries pour un objectif premier, le profit, et s'en détournent lorsque les circonstan- ces deviennent moins favorables, les bourgeois francophones procèdent en ache- tant un fief d'abord à un investissement social et attendent leurs revenus de la rente perçue sous une forme ou sous une autre. Dans ces deux groupes, dès la première décennie du XIXe siècle, deux conceptions opposées de la société s'af- frontent. La plupart des bourgeois anglophones, même ceux qui sont seigneurs, sont hostiles au régime seigneurial et aux institutions anciennes; alors que la très grande majorité des bourgeois francophones défend l'ancien régime social. Au début du siècle, le conflit n'est plus entre la société civile et la société militaire mais entre deux conceptions opposées de la société civile: l'une, bourgeoise, et l'autre, aristocratique et foncière. Tout ceci fait ressortir, croyons-nous, la trans- formation du rôle des milices dans la société et le caractère complexe de la pré- sence de l'officier de milice dans cet univers changeant.

Cette idée de changement ne doit pas faire oublier que s'il y a des éléments qui disparaissent dans cette société structurée, il y a aussi des traits fondamen- taux qui durent et forment la trame d'une histoire plus longue. Parmi ces élé- ments durables, il en est un dont nous voulons rappeler la signification capitale dans l'équilibre des forces sociales: le poids de la communauté rurale et, derrière elle, de la grande famille canadienne-française. Cette institution fondamentale, parce qu'elle n'est pas uniforme et est hiérarchisée, secrète un pouvoir qui n'est pas démocratique mais est différent des autres. L'officier de milice peut être l'instrument de l'Etat, des classes dirigeantes mais il se situe aussi à la rencontre de ces différents pouvoirs, là où se trouvent la famille et la communauté rurale.

Références

1)

W.J. Eccles, The social, economic and political significance of the military establishment in New France, CHR, 1971, p.7.

Document info
Document views1121
Page views1121
Page last viewedSat Dec 10 04:09:22 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments