X hits on this document

1000 views

0 shares

0 downloads

0 comments

203 / 367

  • -

    175 -

La première couvre les années 1755-1756 et s'identifie à une période que l'on peut qualifier de guerre non déclarée. Le gouvernement de Versailles est alors décidé à défendre le Canada et, à l'annonce de l'envoi des troupes britanni- ques dans les colonies américaines, il monte une contre-expédition marquée par l'envoi de deux convois successifs. La première escadre appareille de Brest, le 3 mai 1755. Sous les ordres du Comte de la Motte, elle comprend trois vaisseaux et deux frégates armés en guerre et onze vaisseaux armés en flûte dont un hôpi- tal. Ces bâtiments portent 3,000 hommes de troupe sous les ordres du Baron de Dieskau. Jusqu'à 200 lieues au large des côtes, l'escadre de Macnemara assure l'escorte du convoi avec 6 vaisseaux, et 3 frégates de manière à parer une éven- tuelle réaction britannique.

Dans l'ensemble, la mission se solde par un succès. Le 27 juin, Dubois de la Motte avec 6 vaisseaux et 3 frégates mouille à Québec et dans le Saint- Laurent tandis qu'une formation détachée sous les ordres de Perier de Salvert avec 5 vaisseaux et une frégate est arrivée à Louisbourg, le 14 juin. A la faveur de la brume, au large du Cap Race, les bâtiments français ont pu déjouer la ma- noeuvre d'interception anglaise menée par l'Amiral Boscawen avec 10 vaisseaux renforcés trop tard par les 6 vaisseaux de Milburne. La manoeuvre britannique n'aboutit qu'à la capture des vaisseaux ALCIDE et LYS, celui-ci armé en flûte. En définitive, à l'exception de 6 compagnies régulières embarquées à bord du LYS, la totalité des troupes expédiées de Brest, ont pu atteindre le Canada. Quant à la manoeuvre de retour, elle s'effectue encore favorablement. Profitant des conditions atmosphériques, les bâtiments de Dubois de la Motte et de Perier de Salvert réussissent à regagner la France en septembre et octobre, en dépit de la croisière d'une vingtaine de bâtiments anglais au large du Saint-Laurent et de Louisbourg.

La seconde mission de renfort s'effectue en 1756 selon une méthode diffé- rente. Le transport de 3,000 hommes et de l'État-Major qui va s'identifier avec la défense du Canada, Montcalm, Levis et Bougainville, s'effectue a bord de trois divisions, fortes d'un vaisseau et d'une frégate chacune, faisant route isolément et ayant appareillé de bonne heure, dès le début avril, de manière à devancer la mise en place d'un blocus britannique. Entre le 12 et le 31 mai, tous les bâti- ments atteignent Québec sans encombre.

Le retour s'effectue également dans de bonnes conditions. Baussier de l'Isle qui commande la formation à l'exception d'un vaisseau et d'une frégate laissés à la défense du Canada mouille à Louisbourg, repousse une petite croi- sière anglaise et rejoint la France au début de septembre. Au cours de la même année 1756, une dernière division partie de Brest le 2 mai, a pour mission de transporter des recrues à Louisbourg. Le résultat est moins heureux. Si la frégate réussit à atteindre Louisbourg, le vaisseau l'ARC EN CIEL doit se rendre à deux bâtiments britanniques.

Document info
Document views1000
Page views1000
Page last viewedTue Dec 06 17:19:16 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments