X hits on this document

1170 views

0 shares

0 downloads

0 comments

229 / 367

3.

Il est à cet égard significatif de relever que la plupart des tentatives de res- tructuration politique en Afrique noire au XIXe siècle ont connu ce handi- cap d'être isolées de la mer. Cantonnés dans l'hinterland, ces États étaient entourés par un véritable "cordon sanitaire" les empêchant en particulier d'avoir accès aux armes perfectionnées.

4.

Soulignons que toute la logistique des troupes françaises dans le Haut- Fleuve est conditionnée par les données climatiques. Nous sommes ici dans la zone soudano-sahélienne caractérisée par deux saisons nettement marquées: pendant l'hivernage (juin à octobre), la montée des eaux permet aux avisos d'assurer le transport des troupes et du matériel; la saison sèche (novembre à mai) est mise à contribution pour assurer les opérations mili- taires.

5.

C'est là une action psychologique destinée à galvaniser les combattants. Fondée sur l'utilisation d'amulettes, elle est courante dans les guerres en Afrique; l'histoire a retenu le cas de Soumangourou Kanté, roi-sorcier lut- tant contre Soundiata Keïta, fondateur de l'empire "médiéval" du Mali. Plus près de nous, on peut signaler le cas de Pierre Mulélé qui dans l'actuel Zaïre distribuait aux jeunes guerriers Simba des talismans "aptes à trans- former les balles en eau".

6.

Sur ce personnage remarquable voir notre thèse: BAH (Thierno Mouctar): Architecture militaire traditionnelle et poliorcétique dans le Soudan Occi- dental du XVIe à la fin du XIXe siècle, Paris, Sorbonne 1971, 388 p.

7.

Arch. Nat. du Sénégal : 5 D 10 -Service de l'artillerie, 1882, p. 34. Les travaux étaient confiés à une compagnie auxiliaire d'ouvriers d'artillerie de marine; celle-ci est donc chargée des services habituellement dévolus au corps du génie militaire. Archinard et Borgnis Desbordes furent les princi- paux inspirateurs de la politique de fortification dans le Haut-Sénégal - Niger à partir de 1880.

8.

Arch. Nat. du Sénégal: p. 143. Bâtiments du Soudan. Construction du poste de Bafoulabé, 1879-1880, p.4.

9.

Arch. Nat. du Sénégal: 1 D 58. Campagne 1880-1881 - Combat de Gou- banko, p. 9.

10.

Ibid.

11.

Arch. Nat. du Sénégal: 1 N 20 - Rapport militaire du cercle de Kita, p. 21, précise qu'en 1893 l'armement du poste se composait de 6 canons de 4 R. de montagne et de 2 canons de 65 de débarquement. La garnison, l'une des

  • -

    201 -

Document info
Document views1170
Page views1170
Page last viewedSun Dec 11 05:10:30 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments