X hits on this document

899 views

0 shares

0 downloads

0 comments

242 / 367

  • -

    214 -

Deux mois après l'arrivée de la troupe de Lord Selkirk à Fort William, un détachement de 30 soldats et autant d'auxiliaires locaux (guides, etc...), placé sous le commandement du capitaine d'Odet d'Orsonnens se mettait en route vers le Nord-Ouest pour se rendre à Fort La Pluie, distant de deux semaines de mar- che. Mais d'Odet d'Orsonnens devait décider de ne pas y séjourner longtemps; il en repartait le 27 octobre 1816 déjà, avec l'intention de gagner le plus rapide- ment possible la région de la Rivière-Rouge et de s'en rendre maître -- un plan audacieux, vu la saison avancée, mais qui réussit à merveille. Cette petite troupe s'empara d'abord de Fort Francis, puis de Fort la Fourche (Fort Douglas) à la Rivière-Rouge. Ce dernier assaut eut lieu à l'aurore du 10 janvier 1817; silen- cieusement, après avoir fait plusieurs détours pour ne pas donner l'éveil, les hommes d'Odet d'Orsonnens s'étaient approchés du fort occupé par les forces de la North West Company. Utilisant des échelles préparées d'avance, ils surprirent dans leur sommeil la garnison et les autres occupants du fort qu'ils investirent sans effusion de sang.

Le reste de la petite troupe de Lord Selkirk n'arriva à la colonie de la Ri- vière-Rouge qu'en juin 1817.

La plupart des anciens soldats faisant partie de l'expédition militaire de Lord Selkirk acceptèrent l'offre de terres et s'installèrent à la colonie de la Ri- vière-Rouge, le long d'un petit affluent de cette dernière, appelé d'abord "Ger- man Creek" puis "Seine River".

Quelques mois plus tard, un autre groupe de leurs anciens camarades d'ar- mes, venus du Bas Canada, les rejoignit: mais en 1818, on ne comptait plus qu'une cinquantaine de "Meurons" (42) à cette colonie.

Reprenant les accusations partiales lancées par la North West Company dans sa campagne de dénigrement envers Lord Selkirk (43) et tous ceux qu'il avait engagés, plusieurs historiens n'ont pas été très objectifs dans leur jugement sur le comportement des anciens soldats des deux régiments durant l'expédition militaire de 18161817 et leur séjour à la colonie de la Rivière-Rouge. Ainsi Alexander Ross qui, bien qu'il n'ait pas connu personnellement tous ces soldats puisqu'il n'était arrivé lui-même a la Rivière-Rouge qu'en 1825, n'en a pas moins porté sur eux un jugement très défavorable, souvent repris par la suite par d'au- tres chroniqueurs. Mais l'abbé J.N. Provencher qui, lui, était sur place à l'époque, n'était pas du même avis; le 13 septembre 1818 il écrivait que "... les Meurons qui sont à la Rivière-Rouge sont de tous les pays et de toutes les religions et ils se comportent assez bien..." (44) De bons soldats ne font pas forcément de bons colons, c'est connu. Il ne faut pas oublier non plus qu'après la fusion en 1821 des deux compagnies rivales, la North West Company et la Hudson's Bay Company, les Meurons perdaient leur importante qualification de défenseurs en puissance de la colonie et se trouvaient ainsi relégués au statut de simples habitants.

Document info
Document views899
Page views899
Page last viewedSat Dec 03 23:06:57 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments