X hits on this document

1134 views

0 shares

0 downloads

0 comments

281 / 367

  • -

    253 -

pation nationale. Son propre effort -- décisif pour la cause de l'autolibération, car aucun peuple n'a pas recouvré sa liberté comme un don gratuitement offert par les autres -- s'est entrelacé intimement avec les actions de solidarité internatio- nale qui servaient aussi bien les intérêts de la nation roumaine que les intérêts de toutes les autres nations dont la volonté les poussait à suivre leurs destinées en toute autonomie.

Afin d'économiser le temps de l'exposé, je vais grouper dans une succes- sion logique les principaux aspects qu'a revêtus, au long de l'histoire, la solidari- té du peuple roumain avec les mouvements de libération nationale et coloniale.

I. Parmi ces formes se détache, par l'étendue de sa sphère ainsi que par son caractère de permanence, la solidarité morale avec les victimes des agres- sions, de la politique de force, de diktat et d'oppression promue par divers empi- res et grands États expansionnistes. L'opinion publique roumaine avait réagi avec la sibilité d'un séismographe à tout acte de force et de domination, se si- tuant, au point de vue affectif ainsi que rationnel, dans le camp qui s'opposait aux civilisateurs par l'épée et les prétendus libérateurs de peuples. Encore au début du dernier siècle, Ion Budai-Deleanu -- personnalité proéminente de la culture moderne roumaine -- développait un sévère réquisitoire contre les massa- cres des indigènes du Nouveau Monde, et spécialement contre le génocide com- mis par les conquistadores qui "avaient occis tous les Mexicains pour s'emparer de quelques lingots d'or". (2) Un autre homme de culture roumaine, Costachi Conachi, condamnait à cette même époque-là les conquêtes colonialistes qu'il considérait toutes "faites avec la croix à la main, mais avec de l'ignominie au fond du coeur" (3). Plus tard, le mouvement socialiste de Roumanie s'est pro- noncé sans équivoque dans le même sens: "la socio-démocratie se lève contre le morcellement des pays constitués, contre l'émiettement des peuples, contre la suppression de l'existence nationale des peuples. Elle a proclamé toujours le droit imprescriptible et inviolable de toutes les nations a une vie libre et inté- grale". (4)

Grâce au développement des moyens modernes de communication auquel on est parvenu au XXe siècle, se sont multipliés les contacts avec les peuples dépendants et avec ceux des colonies, les cercles larges de l'opinion publique roumaine ayant ainsi la possibilité de connaître et d'apprécier d'une manière ré- aliste leur situation. Pendant les décennies de l'entre-deux-guerres s'est amplifié un courant d'opinion s'opposant vigoureusement aux agressions fascistes et mili- taristes, aux nouvelles disputes entre les grandes puissances visant à une redistri- bution des sphères d'influence et de domination.

Parmi les représentants remarquables de ce courant se sont affirmés l'histo- rien Nicolae Iorga, les écrivains Mihail Sadoveanu et Tudor Arghezi, les profes- seurs universitaires Petre Anghel, Mihail Ralea et Traian Bratu, le compositeur George Enescu, des leaders politiques démocrates de plus diverses orientations:

Document info
Document views1134
Page views1134
Page last viewedSat Dec 10 13:11:56 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments