X hits on this document

971 views

0 shares

0 downloads

0 comments

283 / 367

  • -

    255 -

    • III.

      Parmi les autres formes de solidarité, la coopération militaire -- au ni-

veau étatique ou bien sous la forme de volontariat -- a marqué aux divers mo- ments historiques l'entraide du peuple roumain avec d'autres peuples dirigés par les mêmes idéals de liberté et d'indépendance. Des aspects significatifs en ce sens sont mis en évidence dans la communication du major-général Dr Ilie Ceausescu. Ce n'est que pour souligner quelques aspects que je vous prie de me permettre d'évoquer, moi aussi, quelques faits remarquables comme la participa- tion d'un grand nombre de Roumains à la défense de la Commune de Paris et, plus tard, de l'État soviétique aux premières années de son existence, ainsi qu'au front républicain d'Espagne en 1936-1939. En 1939 des médecins roumains sont partis comme volontaires pour la Chine et ont contribué à l'organisation du ser- vice sanitaire de l'armée révolutionnaire chinoise. C'est encore des médecins -- dont l'un est devenu le médecin personnel du négus - qui se sont trouvés aux côtés des forces patriotiques abyssieniennes pendant les durs combats qu'elles avaient engagés contre l'agression fasciste. Les documents de l'époque attestent la présence, aux années 1922-1925, des volontaires roumains dans les rangs des insurgés marocains dirigés par Abd el-Krim.

IV. Une portée considérable l'ont eue, surtout après la première guerre mondiale, les manifestations de solidarité du peuple roumain déployées dans le domaine diplomatique (10) à l'égard d'autres peuples engagés dans la lutte de libération. De la tribune de la Société des Nations et, plus tard, de celle de l'Or- ganisation des Nations Unies, la voix des représentants de la Roumanie se fit entendre d'une manière constante en faveur de la cause juste des peuples de l'Afrique, de l'Asie, de l'Amérique Latine. Tout le monde connaît bien, des re- cueils de documents ou des ouvrages écrits à ce sujet par des historiens roumains et de l'étranger, les discours prononcés par le ministre roumain des Affaires étrangères Nicolae Titulescu contre l'agression fasciste en Éthiopie ainsi que son rôle dans la décision adoptée à cette époque-la par le grand forum de Genève concernant l'application des sanctions collectives à l'agresseur. Ou encore, les démarches réitérées de la diplomatie roumaine d'entre les deux guerres en faveur de la Chine, de l'Espagne révolutionnaire, de l'Autriche et des autres pays deve- nus victimes de l'agression.

Pendant les décennies d'après la guerre la Roumanie n'a pas manqué de soutenir avec fermeté toute action entreprise sur le plan international visant à l'accélération du processus de décolonisation et des consolidations de jeunes États nationaux. Elle a contribué activement à la préparation, à la rédaction ou à l'adoption de documents importants, tels que la "Déclaration sur l'octroi de l'in- dépendance aux pays et aux peuples coloniaux", la "Déclaration internationale pour l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale", les "Pactes concernant les droits de l'homme", etc... Les représentants de la Roumanie ont demandé qu'on fasse tout le possible afin de liquider totalement la politique ra- ciste, par des efforts conjugués internationaux, afin d'extirper l'apartheid pratiqué par les régimes anachroniques de l'Afrique australe et afin d'assurer le respect du

Document info
Document views971
Page views971
Page last viewedMon Dec 05 15:07:47 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments