X hits on this document

1015 views

0 shares

0 downloads

0 comments

59 / 367

  • -

    31 -

et le long de la côte tandis que, bien plus loin vers le golfe de Guinée, des offi- ciers de marine avaient créé en 1849 Libreville sur la côte du Gabon pour y loger les esclaves libérés à bord de bâtiments négriers interceptés au large des côtes d'Afrique. Le rôle de police maritime des bâtiments surveillant la traite clandes- tine vers le Brésil, où l'esclavage ne devait être aboli qu'en 1888, aboutissait ain- si à la création d'une nouvelle colonie à la population composite, le Gabon.

1870-1914

La guerre franco-allemande de 1870-1871 devait avoir de sérieuses consé- quences sur la politique coloniale de la France. Elle s'accompagna en effet de la chute de l'Empire, et d'une arrivée au pouvoir des Républicains hostiles à la continuation de sa politique outre-mer. Les manifestations des Européens d'Al- ger contre le régime militaire dans les territoires de l'intérieur devaient aller jus- qu'à des projets de commune algérienne, ou à la proclamation d'une Algérie in- dépendante se plaçant, si besoin était, sous le protectorat britannique pour éviter la reprise en main par une France rétablissant l'Empire. Par ailleurs l'idée d'une intégration des habitants de souche nord-africaine se renforçait d'autant que les unités de l'armée d'Afrique envoyées en métropole avaient rendu des services appréciés, comme lors des campagnes de Crimée ou d'Italie quelques années plus tôt. L'obstacle du droit coranique empêchant une intégration des musul- mans, le loi Crémieux ne put faire que des Israélites des citoyens français; et cette abolition tardive des mesures discriminatoires qui les avaient laissés depuis quarante ans dans une situation socialement inférieure à celle des musulmans fut très impopulaire chez ces derniers; elle contribua à la révolte de Mokrani qui souleva contre la France un certain nombre de territoires de l'intérieur.

Cette insurrection devait amener une reprise de la colonisation sur les ter- res retirées aux terrains de parcours des tribus soulevées. Cette décision corres- pondait à une victoire tardive des partisans d'une colonie de peuplement telle que Bugeaud l'avait rêvée un moment. Elle était peut être trop tardive. Elle survenait en effet après plus de trente ans de paix française sur la plus grande partie du pays, période pendant laquelle la fin des guerres entre tribus et les progrès, si limités qu'ils pussent paraître, de la médecine moderne avaient amené une aug- mentation de la population. Elle était supérieure à celle des ressources existantes compte tenu des méthodes agricoles alors connues: la famine de 1867, vingt ans exactement après la reddition d'Abd et Kader avait été la conséquence de cette poussée démographique qui contribuait à rendre plus délicate l'installation de colons venus de la métropole ou des zones ouvertes aux civils. L'arrivée de quelques milliers d'optants originaires des départements perdus au traité de Francfort, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Moselle, représentait toutefois le plus important effort de peuplement colonial consenti par la France depuis la désas- treuse tentative de Choiseul en Guyane. A ces "Alsaciens-Lorrains" devaient s'ajouter nombre de militaires originaires de ces départements, qui préférèrent s'installer en Algérie plutôt que d'avoir à se fixer dans un pays devenu allemand;

Document info
Document views1015
Page views1015
Page last viewedWed Dec 07 13:17:11 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments