X hits on this document

1172 views

0 shares

0 downloads

0 comments

60 / 367

  • -

    32 -

et nombre de soldats plus ou moins germanophones de la légion étrangère de- vaient grossir les effectifs revendiquant une ascendance parmi les optants de 1871.

Le rôle des anciens soldats, surtout des anciens sous-officiers ayant une certaine expérience administrative, devait être essentiel dans la formation d'une classe moyenne en Algérie ou l'insuffisance quantitative, et parfois qualitative, des cadres indigènes posait de sérieux problèmes à l'administration. La place des anciens militaires dans l'encadrement et même dans la composition du personnel des divers services, gendarmerie, police, douane, contributions, leur donnait une importance primordiale dans les progrès de la colonisation. De plus, les services plus techniques des ponts et chaussées ou de l'agriculture continuaient de faire un large appel aux personnels de l'armée de terre ou de mer, qu'il s'agît d'aména- ger les ports multipliés le long de la côte ou de construire les chemins de fer; il reste toutefois révélateur des soucis économiques de constater que si la grande ligne joignant Alger à Oran et ses prolongements vers Constantine ou Tlemcen furent établis à l'écartement normal de lm44, les voies perpendiculaires s'enfon- çant de la côte vers l'intérieur furent souvent construites à l'écartement métrique, plus économique, exactement comme l'étaient à la même époque en France les voies ferrées d'intérêt local.

Cette importance des militaires et anciens militaires dans la colonisation et l'administration se présentait de la même manière dans tous les territoires admi- nistrés par la France en Afrique du Nord. La Tunisie, devenue un protectorat français à la suite des incidents de frontière compromettant la sécurité des indi- gènes et des colons du Constantinois, était une ancienne province turque, avec des traditions locales lui donnant un caractère original, une longue histoire ayant créé au cours des siècles une véritable conscience nationale. La présence de l'université de la Zitouna avait facilité la formation d'une classe cultivée indigène et celle d'une administration beylicale en cours de modernisation. De plus, la proximité de l'Italie avait conduit nombre d'originaires de ce pays à venir s'éta- blir comme colons agriculteurs, marins ou pêcheurs en Tunisie, et ils furent longtemps plus nombreux que les Français dans l'ancienne régence.

Le même souci de sécurité devait amener la France à intervenir au Maroc pour protéger les tribus algériennes contre les incursions des nomades pillards des confins sahariens, ulcérés du contrôle français rendant toujours plus aléatoire l'acheminement séculaire des caravanes d'esclaves vers les marchés de Tripoli- taine ou du Soudan oriental. Les ambitions des Espagnols, désireux de continuer la reconquête au delà des présides de la côte atlantique ou méditerranéenne, cel- les plus récentes des Allemands dans le cadre de la Welt Politik de Guillaume II, allaient aboutir, non sans contestations, à l'établissement d'une solution originale pour le Maroc. Le sultan, héritier des traditions d'une longue histoire, appuyé sur un sentiment national forgé par des siècles de luttes et de conquête, des Pyrénées au Niger, avait accepté à la conférence d'Algesiras puis au traité de Fez une solu-

Document info
Document views1172
Page views1172
Page last viewedSun Dec 11 06:26:39 UTC 2016
Pages367
Paragraphs3833
Words145620

Comments