X hits on this document

518 views

0 shares

0 downloads

0 comments

100 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)100

Les adversaires de l'immigration, tels les journalistes du Diario de la Marina, quotidien dévoué aux intérêts des grands marchands durent admettre que 219 :

Si l'exploitation des moulins et des sucreries et purgeries ne change pas, l'immigration asiatique est la seule qui puisse sauver le pays et lui redonner son ancienne splendeur.

Et aucun témoin et défenseur du travail des coolies ne fut plus précis que Ramón de la Sagra 220 :

À propos des progrès réalisés dans l'agriculture et l'industrie cubaines, il faut mentionner l'incontestable influence de la nouvelle population asiatique introduite dans l'île ces dernières années [...]. En effet on doit admettre qu'ayant pris le chemin des réformes qui exigeaient l'emploi d'appareils perfectionnés, de machines et plus que tout, requéraient l'intelligence et l'habileté des travailleurs, il était impossible d'espérer trouver ces qualités chez des hommes abrutis par un système de travail qui élimine toute intelligence chez l'ouvrier, afin que ne subsiste que sa force physique...

Le travailleur asiatique, intelligent, habile, actif, non enclin à la routine et ouvert aux innovations, vint aider les planteurs instruits et prévoyants dans l'application de leurs idées, exécutant avec une admirable précision les tâches agricoles nouvellement adoptées et les labeurs de la fabrication du sucre réalisée à partir de nouvelles machines. Il faut les avoir vus dans les plantations des juridictions de Cienfuegos et de Villaclara […] pour imaginer l'adaptation intelligente du Chinois à la régularité des tâches industrielles soumises aux rythmes du piston, de la tension de la vapeur et aux exigences du thermomètre.

Les travailleurs chinois furent appréciés des entrepreneurs de l'île pour ces multiples qualités qui facilitaient la marche des sucreries et purgeries mécanisées. Il est curieux de noter qu'aucun coolie ne mentionna en 1874 la difficulté et la nature technique des travaux qui lui furent assignés. Mais le manque de main-d'œuvre obligea les planteurs à diriger une fraction des colons asiatiques vers les travaux urbains. Malgré les arrivées d'esclaves, l'importance de la main-d’œuvre asservie dans l'économie créole allait décroissant. Elle représentait de 77 % en 1840, 23 % de la force de travail en 1880 221. Forte de 374 806 individus en 1855, la population esclave ne comportait plus que 287 620 personnes en 1871 222. Le non-remplacement des esclaves décédés, l'application même timide, de la loi Moret qui libéra 50 000 individus à partir de 1869 223, l'augmentation des affranchissements au sein de la population esclave urbaine, expliquent en partie

219 Archivo nacional de Cuba, Diario de la Marina, 20 octobre 1871.

220 R. de la Sagra, Cuba en 1860 o sea el cuadro de sus adelantos en la población, la agricultura, el comercio y las rentas públicas, suplemento a la primera parte de la historia política y natural de la Isla de Cuba, p. 56-57.

221 C. A. Page, The Development of Organized Labor in Cuba, p. 3.

222 F. Knight, Slave Society in Cuba during the 19th Century, p. 63.

223 A. F. Corwin, Spain and Abolition of Slavery in Cuba, 1817-1886, p. 294.

Document info
Document views518
Page views518
Page last viewedSun Dec 04 01:11:26 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments