X hits on this document

624 views

0 shares

0 downloads

0 comments

138 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)138

d'autres 354. Les documents d'archives relatent de pareils incidents entre colons. En mai 1854, deux Asiatiques portèrent plainte contre leur patron. Une enquête fut ouverte et plusieurs Chinois travaillant pour le même employeur, témoignèrent contre les deux premiers, dont l'un fut ainsi décrit 355 :

Manuel était très arrogant, joueur, vicieux, il fumait du tabac, de l'opium, prenait chaque nuit une solution d'opium et d'eau chaude et en outre escamotait l'argent de ses compagnons pour satisfaire ses vices...

2.Regroupements

Retour à la table des matières

Au sein des ateliers, les clivages occupationnels recoupaient des lignes de divisions tracées suivant les lieux de naissance et les usages des esclaves. Au sein des équipes de colons asiatiques, s'établirent d'autres lignes de division, celles opposant les hommes selon leur groupe d'origine en Chine.

A. Les Naciones

Les planteurs avaient toujours distingué les bossales, nés en Afrique, et les Noirs créoles, nés dans l'île. Cette distinction utile à la fixation du prix des esclaves ne donna lieu à aucun regroupement, mais elle fut reconnue et vécue dans les baraquements. Un jeune esclave créole narra les moqueries dont il fut l'objet 356 :

...je dormais dans un hamac, je dus apprendre à y dormir, plusieurs fois je tombai. Les autres riaient. Je n'étais pas né en Afrique, vous savez, où j'aurais pu apprendre ces choses. J'étais né à Cuba de parents esclaves...

Ils formèrent des naciones, qui regroupèrent les esclaves de toute l'île suivant leurs usages, leurs croyances et leurs langues. Cette coutume fut générale et reconnue des planteurs ; tout esclave porta un prénom catholique suivi de l'appellation de sa nación. Un marron recherché par son maître était mentionné dans les annonces de journaux sous le nom de José Gangá, Macario Carabalí, Rosa Lucumi.

Chaque nación comportait dans les villes les plus importantes de l'île, un conseil, le cabildo. Le cabildo était l'organe qui représentait tous les Noirs d'une même origine tribale ou géographique. Un des esclaves les plus âgés était désigné

354 Biblioteca nacional de Madrid, La Iberia, 29 septembre 1860.

355 Archivo nacional de Cuba, Gobierno superior civil, legajo 636, n° 20102.

356 A. Salkey, Havana Journal, p. 175, rapporté par.

Document info
Document views624
Page views624
Page last viewedFri Dec 09 06:24:43 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments