X hits on this document

774 views

0 shares

0 downloads

0 comments

144 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)144

Triades contre les clans recommença. Au printemps de 1852, des villages furent assiégés, dont certains à seulement quelques kilomètres de Canton. Alors que la traite des Jaunes à destination de l'Amérique latine et des Caraïbes s'organisait, des incidents chaque jour plus graves et plus sanglants opposaient autorités officielles et Triades 372. Les activités des Triades, auxquelles s'ajoutaient le banditisme dans les campagnes et les mouvements de protestation paysanne contre les levées d'impôts, alors que de mauvaises récoltes et des inondations affligeaient les districts du delta, firent de la province méridionale une zone de troubles incessants entre 1850 et 1854. Le gouvernement lançait en 1852 une offensive contre les Triades, qui imposaient des tributs aux fermiers établis à quelques minutes de Canton. Le district de Dong Guan fut pris comme exemple. Des villages suspects furent entièrement détruits, femmes et enfants tués. Ces erreurs politiques favorisèrent l'extension des idées développées par les Triades et en 1854, la capitale du district était prise par les rebelles. Tout le delta fut mis sur pied de guerre, sillonné par quatorze bandes rebelles différentes. Ce fut la révolte des Turbans Rouges au cours de laquelle "Hakka" et "Punti" s'affrontèrent. Des centaines de ramifications de sociétés secrètes se regroupèrent en confédérations afin d'attaquer les villes. Les "clans de la richesse" furent les premiers attaqués et leurs chefs enlevés contre rançon. Magistrats, notables locaux et lettrés s'enfuirent ; les fermiers aisés les suivirent. En août 1854, le delta était abandonné aux Turbans Rouges. Mais l'absence d'unité entre les rebelles, les rivalités ambitieuses de leurs chefs, l'inexistence d'un programme politique cohérent hormis le désir de restaurer la dynastie Ming détrônée depuis trois siècles, la réaction violente des autorités provinciales, et la mise sur pied de milices populaires contribuèrent à la défaite progressive des rebelles. La pacification commença dans le delta, avec l'aide de la force anglaise. En 1856, la révolte était terminée.

Les principes d'organisation des Triades furent conservés au sein des fraternités secrètes fondées à Cuba. Lors de leur initiation, les membres des Triades faisaient serment de fidélité mutuelle, d'obéissance et de silence. Ils devenaient membres d'une nouvelle "famille" où toute distinction de classe disparaissait, où toute relation par naissance ou par mariage devait être oubliée. La restauration des Ming avait été le but des Triades en Chine, mais les membres juraient aussi "loyauté et justice" "afin d'utiliser leur force à vaincre les oppresseurs et à extorquer les fonctionnaires gouvernementaux" 373. Tout membre était lié à ses "frères" par le secret, par un vœu de silence qui, rompu, entraînait des violences corporelles ou l'élimination physique. Ces fraternités secrètes furent des centres d'accueil. Mais elles eurent surtout pour but de soustraire les colons à leurs engagements, et de leur permettre de racheter leurs contrats grâce à des prêts. Elles servirent à protéger les colons enfuis contre la violence de leurs poursuivants, à leur trouver caches, argent, faux papiers et emploi. Elles affirmèrent leur vocation de centres cantonais en célébrant les fêtes des dieux populaires qui constituaient le panthéon

372 P. Wakeman, "Les sociétés secrètes du Guangdong, 1800 1856", p. 106.

373 W. Blythe, The Impact of Secret Chinese Societies in Malaya, p. 19.

Document info
Document views774
Page views774
Page last viewedThu Jan 19 10:49:11 UTC 2017
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments