X hits on this document

586 views

0 shares

0 downloads

0 comments

156 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)156

Les convictions politiques et l'esprit de vengeance des colons pouvaient être ébranlés par une telle position comme l'avaient été ceux des esclaves. Parfois colons et esclaves d'une plantation attaquée par les rebelles étaient faits prisonniers et emmenés. James O'Kelly, seul voyageur à avoir pénétré les campements mambís en 1873 rapporta 418 :

Nous pûmes contempler la masse sombre des édifices appartenant à l'usine, qui avait été détruite par les rebelles, lesquels de plus brûlent chaque année les récoltes afin d'empêcher les autorités d'en recueillir les fruits. Avant la guerre, la plantation Santa Ana comprenait quelque 400 esclaves, mais les insurgés en emmenèrent la majorité. Beaucoup d'entre eux furent capturés ou n'étant point favorables à la guerre revinrent d'eux-mêmes, de sorte que l'exploitation comptait 80 esclaves à l'époque de notre visite.

Des cas semblables furent cités par des colons qui avaient été faits prisonniers et s'étaient enfuis des lignes rebelles. Ils s'étaient livrés à la police dans l'espoir de retrouver leur liberté en récompense de ce geste favorable à l'Espagne mais, en majorité, ils furent conduits aux dépôts municipaux.

La résistance qu'opposèrent les immigrés à leur condition embarrassa les fonctionnaires chinois lors de leur mission en 1874. En effet, les motifs de cette résistance furent clairement exprimés par les colons 419 :

Les autorités ici sont des marchands ; certaines sont complètement sous l'influence des planteurs, et toutes ignorent les outrages commis contre nous. Elles ne font même pas d'enquête dans les cas de meurtre et de suicide […]. D'un autre côté, le nombre de Chinois dans les dépôts (prisons municipales pour esclaves marrons) a beaucoup augmenté et la police fait des descentes de tous côtés dans le but de forcer les Chinois à signer de nouveaux contrats, ce qui est conforme aux désirs des planteurs et met les autorités à même de prendre une partie des gains des travailleurs. L'argent arrive vite et à grands flots dans les mains de ces autorités et des citoyens de fortune qui administrent les dépôts, car ils louent au dehors [...] selon leur bon plaisir, nos compatriotes réduits en servitude et devenus les serfs, non pas d'un individu mais de toute une île et privés de l'espoir de revoir jamais leurs familles.

Le mépris des colons pour le système créole fut affirmé à plusieurs reprises devant les fonctionnaires de la Commission d'enquête de 1874 420 :

À Cuba sur un espace de terrain de moins de 2 000 li, on trouve des milliers de prisons, des dizaines d'entraves de toute sorte et un chiffre innombrable d'êtres humains qui pleurent sans cesse, vivant dans l'injustice et la douleur, le corps déchiré et couvert de blessures, et cherchant la mort.

418 J. O'Kelly, La tierra del Mambí, p. 120.

419 Chinese Emigration, p. 163.

420 Chinese Emigration, p. 114-115.

Document info
Document views586
Page views586
Page last viewedWed Dec 07 08:40:20 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments