X hits on this document

688 views

0 shares

0 downloads

0 comments

157 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)157

L'horreur que ressentaient les colons devant un tel système social les porta à réclamer l'abolition de l'immigration chinoise. Trois d'entre eux écrivirent aux envoyés impériaux 421 :

Bien que les officiers, les marchands et les planteurs nous doivent tous beaucoup, ils nous torturent chaque jour ... ; ils refusent de nous traiter comme des êtres humains et nous vendent comme des esclaves, agissant envers nous comme si nous étions des bêtes brutes. Nous entendons dire que la Chine est maintenant unie par des relations amicales aux grandes puissances de l'Occident et que c'est à ces puissances qu'est due la suppression de la traite des Nègres esclaves. Pourquoi ne nous rendent-elles pas le même service ?

Malgré leur embarras, les fonctionnaires chinois durent conclure en 1874 422 :

À Cuba, il n'y a pas de meilleure classe de Chinois, tous sont traités comme des esclaves et quelque nombreux que puissent être les cas où les lois peuvent dégénérer en tyrannie véritable et injustifiable, toute protestation est impossible. Privés de tout moyen d'y échapper, les hommes qui ont fini leurs huit années de contrat, de même que ceux qui ne les ont pas finies, n'ont qu'à se soumettre. L'avarice empêche les planteurs de respecter les clauses faites pour la protection des Chinois et la même raison induit les gardes et la police à ne pas manquer de mettre à exécution les clauses de nature contraire.

La résistance violente et active des émigrés, la prolongation des contrats, le rythme exténuant du travail, les châtiments physiques entraînèrent une forte mortalité de la population chinoise. Les planteurs créoles et les promoteurs de l'immigration africaine à Cuba étaient accoutumés à un taux élevé de mortalité parmi les esclaves. Entre 1820 et 1840, un Africain servait de cinq à huit ans sur une plantation, puis mourait d'épuisement ou de maladie. Après 1860, le taux annuel de mortalité fut estimé à moins de 5 % 423 ce qui fit écrire à une voyageuse américaine 424 :

La répression exercée contre la traite a causé une telle hausse des prix des Noirs qu'il est plus économique de préserver leurs vies [...] que d'exploiter leur travail durant huit à dix ans...

L'espérance de vie des esclaves âgés de 20 ans à leur arrivée à Cuba dans les années 1860, fut évaluée à environ trente ans 425, celle d'un colon asiatique arrivé au même âge, à quinze ans 426.

421 Ibid., p. 161-162.

422 Chinese Emigration, p. 166.

423 D. Delmonte, Escritos de D. Delmonte, p. 133.

424 J. Howe Ward, A Trip to Cuba, p. 218.

425 J. Ericson Eblen, On the Natural Increase of Slave Populations : the Example of Cuban Black Population, 1775-1900, Conférence sur l'esclavage, Université de Rochester, 9-11 mars 1972, p. 11.

426 J. Pérez de la Riva, Archivo nacional de Cuba, p. 8.

Document info
Document views688
Page views688
Page last viewedSun Dec 11 10:24:17 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments