X hits on this document

648 views

0 shares

0 downloads

0 comments

173 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)173

III

LA PRATIQUE ETHNIQUE

"Faut-il souligner que la sinophilie bat son plein à l'époque où la traite négrière connaît son développement maximum, c'est-à-dire entre 1680 et 1770 environ, et que le contraste est sensible jusque dans l'imagerie du temps qui se plaît à représenter, d'un côté, des "ateliers" de Nègres à figure bestiale [...] de l'autre, des groupes de jeunes filles en fleur, au gracieux costume,... cueillant délicatement le thé dans des plantations qui sont des jardins ? [...] au moment où elle transporte en Amérique le plus de captifs arrachés à l'Afrique, par une sorte d'alibi intellectuel, l'Europe projette le plus amoureusement, à l'autre bout du monde, le mythe du grand empire heureux et libre [...]. Si la Chine perdit sa vertu, n'est-ce point que le prestige traditionnel du mandarin s'effaça – devant la nécessité montante du coolie ?"

DERMIGNY

La Chine et l'Occident,

le commerce à Canton

au XVIIIe siècle

Retour à la table des matières

Les immigrés chinois furent cruellement exploités, physiquement maltraités et leurs droits d'hommes libres fréquemment niés par les patrons. Ils vécurent dans des conditions matérielles semblables de celles connues des esclaves : baraquement des grandes plantations occidentales, pièces insalubres, rations alimentaires limitées, soins médicaux réduits, liberté de mouvement restreinte, rythmes de travail exténuants, vie familiale inexistante le plus souvent. En tant qu'ouvriers, ils furent classés au bas de l'échelle hiérarchique qui classait la main-d’œuvre libre suivant les salaires et la technicité des tâches remplies.

Document info
Document views648
Page views648
Page last viewedSat Dec 10 02:17:31 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments