X hits on this document

528 views

0 shares

0 downloads

0 comments

175 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)175

punition et l'affaire fut considérée comme terminée. Les Nègres sont certainement mieux traités que les Chinois.

Feijóo de Sotomayor, qui recruta de nombreux engagés, précisa les vues des planteurs 470 :

Je les ai mis en habitat séparé, avec l'intention de les isoler des Noirs et de former de cette manière un esprit de corps différent de ces derniers, disposant si nécessaire d'un pouvoir pour neutraliser l'autre. L'expérience m'a appris que sans règlement, ni difficulté on obtient l'opposition de ces deux forces ; en effet, l'orgueil des Chinois leur interdit tout accord avec les Noirs et ceux-ci méprisent les coolies qui travaillent avec moins de force et d'entrain. Ainsi, il est facile d'obtenir une désunion, mais il ne faut jamais relâcher l'attention car les idées d'insubordination sont imprimées dans l'esprit des Chinois [...] et pour cela je considère leurs unions avec les Noirs funestes. De tout ceci je déduis que leur habitat doit être séparé et qu'il ne consiste qu'en un seul lieu afin de pouvoir toujours les surveiller.

Les mauvais traitements infligés aux Chinois furent le fait de tous les Créoles. Les colons témoignèrent 471 :

dans les rues nous sommes exposés constamment à des insultes et on nous jette des pierres ; et si nous ne nous soumettons pas en silence à ces mauvais traitements la foule nous assaille bientôt et nous finissons par être traînés en prison. Quand un Chinois veut acheter quelque objet on l'insulte s'il veut marchander […] dans les rues les Blancs et les Noirs nous jettent constamment des pierres ; ils nous dépouillent de ce que nous possédons et nous regardent comme des chiens et des pourceaux […] les boutiques de ceux d'entre nous qui font un petit commerce dans les villes sont visitées chaque jour par des habitants qui emportent ce qui leur plaît sans offrir de les payer, et si nous demandons de l'argent, nous ne recevons que des coups. Ils se soucient fort peu de nous tuer et quand un vient nous attaquer il est immédiatement aidé par dix autres et toutes plaintes portées devant les autorités restent sans effet.

La Commission Chin-Lan-Pin conclut 472 :

Les autorités regardent les Chinois comme appartenant à une catégorie toute différente de celle à laquelle ils considèrent que leurs compatriotes appartiennent et cette manière de voir est celle du peuple en général.

Les Chinois furent définis comme "séparatistes" par Esteban Montejo qui en référa à des différences matérielles perceptibles pour expliquer cette appréciation : attitudes dissemblables en face du jeu, de la musique, de la danse, de la religion, des femmes, des conditions de vie. Rarement les esclaves mirent en avant les similitudes qui les rapprochaient des colons : mêmes conditions de vie matérielles, même exploitation physique, mêmes restrictions de leurs droits civils. Les

470 U. Feijóo de Sotomayor, Inmigración de trabajadores españoles, documentos y memoria escrita sobre esta materia, p. 99-100.

471 Chinese Emigration, p.187-188.

472 Chinese Emigration, p. 187.

Document info
Document views528
Page views528
Page last viewedSun Dec 04 08:59:00 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments