X hits on this document

511 views

0 shares

0 downloads

0 comments

191 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)191

transgression des institutions politiques... Ces principes politiques rendent impossibles des autorisations de mariage qui confirmeraient une égalité des races, les privant du prestige que l'une doit exercer sur l'autre, donnant la prépondérance à la blanche 508...

Les mariages interraciaux furent extrêmement rares et les concubinages restèrent nombreux. On compta 91 demandes d'autorisations de mariage dans l'île entre 1806 et 1864 509, huit seulement furent refusées par les autorités civiles. Cependant, dès 1851, les restrictions apportées à l'union légale de personnes de races blanche et noire furent plus sévères ; la situation sociale dans l'île était tendue du fait des difficultés de la modernisation de la production sucrière. Ordre fut donné que tout dossier d'autorisation de mariage comportât non seulement des informations sur la situation des futurs conjoints mais aussi sur les éventuelles conséquences politiques de l'union proposée. L'avis du conseil municipal et de deux personnes de notoriété publique du lieu de résidence des conjoints fut requis 510. À partir de 1864, date de la guerre de Sécession aux États-Unis, toute demande d'autorisation fut rejetée. La prohibition des unions interraciales dura jusqu'à la fin de la première guerre d'indépendance cubaine. Au moment où une partie de l'oligarchie créole luttait militairement en faveur de l'octroi d'une constitution républicaine par la métropole, la pratique raciale devint plus restrictive. La liberté de mariage entre les deux races ne fut définitivement octroyée qu'en 1881, l'abolition de l'esclavage avait été décrétée en 1880.

Dans leur acceptation de la plupart des demandes, les autorités civiles tinrent compte de différents critères 511 :

L'homme (blanc) s'adonne à un travail agricole, et la fiancée vit sous la tutelle de sa mère... La situation du jeune homme est celle d'un pauvre tandis qu'elle (mulâtresse) détient un héritage, dont la valeur n'est pas connue car il est composé de terre et de bétail...

En 1861, le gouverneur de Bayamo ajouta ces lignes à une demande d'autorisation de mariage d'un homme blanc avec une jeune mulâtresse 512 :

Bien que l'homme soit blanc, il n'appartient pas à ceux qui dans la société apparaissent avec un statut élevé.

Si le statut social classait les requérants parmi les gens d'humble condition, l'autorisation était accordée. La couleur légale, sociologique, primait sur la couleur réelle, la jeune femme mulâtresse se voyait implicitement octroyer la qualité de

508 F. Erenchun, Anales de la Isla de Cuba, Diccionario administrativo, económico, estadístico y legislativo, p. 362.

509 V. Martinez-Alier, Marriage, Class and Colour in 19th Century Cuba, a Study of Racial Attitudes, and Sexual Values in a Slave Society, p. 31.

510 Ibid., p. 27.

511 V. Martinez-Alier, Marriage, Class and Colour in 19th Century Cuba, a Study of Racial Attitudes and Sexual Values in a Slave Society, p. 24.

512 Archivo nacional de Cuba, Gobierno superior civil, legajo 923, n° 32229.

Document info
Document views511
Page views511
Page last viewedSat Dec 03 15:36:23 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments