X hits on this document

485 views

0 shares

0 downloads

0 comments

193 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)193

Le père ne pouvait donner son consentement à ce mariage car bien que Mulâtre de naissance... ses parents et grands-parents et ceux de sa famille ont été libres de tout esclavage, aussi lui est-il très douloureux de voir sa jeune fille mariée avec un quarteron qui fut esclave.

Alors que les grands planteurs étaient à leur naissance, des hommes libres, blancs, christianisés, détenant de larges concessions de terre, les Blancs, paysans et artisans et les gens de couleur libres devaient tenter d'acquérir l'un ou l'autre de ces attributs. La pratique raciale des lignages de planteurs liés par la parentèle interdisant l'accès au contrôle de la terre aux autres membres de la société créole, ces derniers étaient contraints à l'acquisition exclusive des traits culturels et raciaux. Ils tentèrent de nier tout lien avec la classe des esclaves. Les faits utilisés pour affirmer l'éloignement de cette classe étaient multiples : éducation scolaire, religion, moralité, lieux de résidence, liens avec des familles blanches de renom par le parrainage, occupations, richesse, métissage. Ils servaient tous à rejeter les attributs propres aux esclaves : langues, cultes, coutumes et race. Les hommes libres se définirent en référence à la culture et à la race des planteurs créoles, et "singèrent les grands Blancs", suivant l'expression de l'esclave, Esteban Montejo. Les phénotypes, les pratiques culturelles, les occupations devinrent autant de signes d'identification sociale, dévoilant suivant des connotations valorisantes ou stigmatisantes les positions différentielles des individus, des familles et des groupes dans l'histoire de l'appropriation des terres et du contrôle de la main-d'œuvre. Ces signes prenaient leur sens dans leur référence au principe de la supériorité des hommes blancs sur les hommes de couleur. Des groupes se formèrent au sein de la population de couleur libre définis par deux faits : la position des parents esclaves dans la généalogie de la famille et l'appartenance raciale, réelle, visible. La première donnait sa signification sociologique à la seconde.

Document info
Document views485
Page views485
Page last viewedFri Oct 28 23:52:38 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments