X hits on this document

642 views

0 shares

0 downloads

0 comments

202 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)202

ordonnant les faits sociaux. L'activité humaine n'était pas conçue comme l'organisation de multiples milieux techniques mais comme l'insertion à un milieu naturel, ordonné par un garant métasocial, la loi divine. L'historicité du système social était identifiée à son ordre, conçu comme sacré, toute appréhension d'un futur autre que le présent était interdite par la vision cyclique de la reproduction de l'ordre social. L'activité économique tendait à réaliser ce principe d'ordre et d'unité religieux, à rendre manifeste cette thématique de la société esclavagiste, elle n'était en rien un facteur de transformation de l'ordre social. L'histoire de la société esclavagiste était séparée de son activité de production et l'ordre social n'était pas perçu comme relié à l'ordre économique mais à un principe de détermination extérieur à lui, l'ordre naturel et divin fondant les différences raciales, religieuses, culturelles et sociales. Le mouvement de la société était religieux, concrétisé par la nécessité de refouler la barbarie, qui mobilisait l'activité sociale. L'activité économique dans le système esclavagiste portait sur la multiplication arithmétique des moyens de travail (importation de main-d’œuvre, élevage de bétail, défrichement de terres vierges) et visait une consommation de prestige (domesticité, maisons, mode de vie luxueux des planteurs). N'impliquant aucune image d'une possible créativité de la société sur elle-même, il définissait le système social comme la reproduction de séquences identiques : déplacement des moulins, rythmes culturaux annuels, expéditions répétées sur les côtes du golfe de Guinée, arrivées sans cesse renouvelée de Noirs. L'économie n'était qu'un ordre assujetti à la reproduction de l'ordre social et non pas une force de mutation comme le signifia la révolution technologique importée d'Europe dès 1840.

Par celle-ci, le travail ne fut plus reconnaissance et mise en ordre des forces naturelles mais son organisation devint source d'accumulation et de changement. La nouvelle division sociale et technique du travail dans les années 1840-1880 illustra ce rôle de l'activité économique devenue facteur de déséquilibre de l'ordre créole. Le conflit entre manufacturiers et sucriers, la lutte victorieuse des planteurs sur les autorités ecclésiastiques, l'utilisation à partir de 1850 de critères économiques pour évaluer la couleur légale d'un individu et l'affranchissement d'esclaves grâce à leur location par des planteurs ruinés ou appauvris par la nouvelle organisation de la production sucrière se rapportèrent à cette nouvelle signification de l'activité économique. Le progrès technique en tant que principe d'intervention et de transformation sociales créait de nouveaux rapports de sens. Les relations sociales pouvaient s'organiser en fonction de la production et non plus de la place des individus dans une structure de privilèges donnés par l'ordre naturel. L'ordre religieux comme principe garant de l'organisation sociale pouvait perdre sa fonction, relayé par l'ordre économique et la place des individus dans la société devenir déterminée par leur place au sein des rapports de production, leur possibilité d'accès à l'accumulation, ce que la définition de la liberté apportée par le système de travail sous contrat avait dévoilé. Au même moment, certaines autorités religieuses de l'île mirent en avant les préceptes égalitaires de la doctrine catholique. Entre 1852 et 1858, l'archevêque de Santiago de Cuba, Claret y Clará, fut l'avocat d'un nouveau courant d'idées au sein de l'Église créole. Alors que de

Document info
Document views642
Page views642
Page last viewedFri Dec 09 22:25:08 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments