X hits on this document

645 views

0 shares

0 downloads

0 comments

208 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)208

les codifiaient, n'étaient pas des entités surajoutées à la réalité économique mais des comportements induits par la même logique des significations qui fondait cette réalité : ils étaient autant de forces productives permettant la reproduction de l'ordre social. Ce n'était que parce que les hommes étaient définis en termes de civilisation, créant une opposition entre les hommes blancs et les hommes non-blancs, que la division politique entre les maîtres et les esclaves pouvait être perpétuée et la production esclavagiste assurée. Dans la nouvelle logique idéologique capitaliste, les hommes étaient définis en termes de liberté innée de satisfaire des besoins dits naturels, c'est-à-dire en termes concomitants de consommation et de travail. La production des biens était assurée par cette définition de l'individu libéré pour être aussitôt mobilisé comme force de consommation.

La théorie idéologique créole apparaissait comme l'imposition d'une interprétation de la société, l'antagonisme entre les rapports de sens explicites et les rapports de sens implicites n'étant que la traduction des antagonismes sociaux. Annihilant les rapports de sens périlleux pour l'ordre social, c'est-à-dire pour le groupe au pouvoir, cette idéologie imposait des discours et des pratiques aux autres groupes créoles ainsi constitués en groupes dominés et créait des interdits des modèles d'inconduite réglementée pour ces derniers. La non-actualisation par tous les groupes sociaux créoles du discours et de la pratique idéologique des planteurs était la condition du pouvoir de ceux-ci : l'idéologie était prohibition de toute interprétation de l'univers social et naturel qui ne fût pas celle des planteurs.

Cette prohibition de sens permet de comprendre l'apparition et la nature des signes et des comportements culturels du système social créole. Ces signes étaient produits par leur référence à la logique de la théorie idéologique esclavagiste qu'ils devaient signifier et par leur fonction de négation de l'ambiguïté de sens que chaque catégorie sémantique comportait comme lieu et effet des antagonismes sociaux. La race, la culture et la religion créaient des valeurs prenant leur sens dans une définition de l'ordre naturel déterminant l'ordre social : les Sauvages pouvaient être civilisés par les Blancs. Cette possibilité devenait le fondement et la norme des rapports sociaux et les traits culturels, raciaux et religieux n'étaient plus que des valeurs signifiées, des signes manifestant la hiérarchie entre les Blancs et les non-Blancs.

Cette description des rapports sociaux constituait le discours idéologique des planteurs, parlant d'eux-mêmes à ceux qu'ils dominaient pour reprendre une expression de Marc Augé 525. Cette détermination de classe de la théorie idéologique créole la portait à engendrer des rapports de sens différents de ceux qu'elle rendait significatifs, actualisables, à produire des rapports de sens implicites. En effet, les normes de ce discours idéologique ne pouvaient être suivies par tous les membres de la société créole. Seuls les Blancs liés par leur histoire familiale à la noblesse espagnole pouvaient être des planteurs, seuls les

525 M. Augé, Théorie des pouvoirs et idéologie, p. 408.

Document info
Document views645
Page views645
Page last viewedSat Dec 10 00:47:03 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments