X hits on this document

613 views

0 shares

0 downloads

0 comments

21 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)21

disparaître, Cuba allait le remplacer après avoir éliminé l'un des derniers obstacles au développement de ses plantations, la législation foncière. À la fin du XVIIIe siècle, Cuba demeurait l'île couverte de forêts que le grand amiral Cristobal Côlon avait décrite avec enthousiasme lors de son premier voyage. Les espaces vierges étaient abondants et boisés, les canneraies qui avaient épuisé les sols de la ceinture de La Havane pouvaient s'étendre à l'intérieur de l'île. Mais le régime de la propriété foncière s'opposait à leur libre accès et à leur répartition. Les Antilles espagnoles ne connurent pas un système d'occupation privée des nouveaux territoires. La Couronne de Castille réclamait le droit de propriété des terres, montagnes, prés et rivières, respectant les droits des Indiens et assignant par décret des espaces vierges aux Conquérants et nouveaux arrivants. L'île était donc le domaine personnel du monarque castillan qui, seul, avait la prérogative d'en disposer, la pratique fut d'accorder aux sujets des droits d'usufruit sur des étendues de terre 17. Cet octroi était assorti d'obligations : l'usufruitier devait pratiquer les cultures prescrites par les autorités royales, il ne pouvait vendre, ni diviser, ni louer "ses" terres et interdiction lui était faite de couper les forêts. Ces prohibitions étaient autant d'entraves à l'extension des canneraies.

La lutte entre les planteurs et le pouvoir métropolitain éclata de nouveau. Grâce à la protection de capitaines généraux, tels que Las Casas y Arragori (1790-1796) et Alejandro Ramirez (1816-1819), eux-mêmes grands propriétaires dans l'île, les planteurs se moquèrent de la loi espagnole. D'autre part, dès 1795, par manque de liquidités, le gouvernement madrilène dut accepter de vendre des terres. Mais les planteurs avaient des alliés plus puissants que l'insolvabilité du trésor castillan et entre 1795 et 1820 ils obtinrent d'importantes concessions de la Couronne. Des décrets royaux de 1815 et 1816 donnèrent le droit aux usufruitiers de diviser, louer et vendre leurs terres. Et plus importante encore pour le futur développement des plantations, fut l'approbation royale "de la destruction des réserves forestières... Après une longue dispute, le sucre prenait le pas sur les besoins de la flotte royale (aux navires de laquelle les bois étaient réservés) : la Couronne espagnole avait ouvert la voie à la révolution sucrière à Cuba 18. Cette série de décrets royaux entraîna une forte spéculation sur les terres proches de La Havane et provoqua l'ouverture de nouveaux territoires sucriers dans la province voisine de Matanzas. L'un des effets les plus spectaculaires et les plus favorables à la croissance des manufactures fut le "fabuleux procès d'accumulation de capitaux que représenta la

17 Le système de concessions de terres octroyées par la Couronne consista originellement aux XVIe et XVIIe siècles en des autorisations de pâture accordées à des particuliers, qui pouvaient y implanter des cultures vivrières. Ces lots se dénommaient hatos lorsqu'ils étaient destinés à l'élevage de bovins et corrales lorsqu'il s'agissait de porcins. Les hatos couvraient une superficie de 20 800 ha ou 1 600 caballerias (13,42 ha correspondant à la superficie pouvant être travaillée par un attelage en une journée), les corrales couvraient une superficie de 546 ha ou 42 caballerias. La forme de ces lots était circulaire suivant la méthode d'arpentage utilisée par Luis de la Peña lorsqu'en 1550 il dessina ces futures propriétés. Il donna un rayon de deux lieues aux hatos et d'une lieue aux corrales. Les espaces vides laissés entre ces domaines circulaires furent propriété de la Couronne. Sur ces terres, furent cultivés tabac, cacao et canne.

18 F. Knight, Slave Society in Cuba during the 19th Century, p. 17.

Document info
Document views613
Page views613
Page last viewedThu Dec 08 19:18:41 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments