X hits on this document

839 views

0 shares

0 downloads

0 comments

215 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)215

pouvoir était signifiée par l'incompatibilité entre les deux logiques sociales, par la médiation du travail sous contrat qui ne faisait qu'en différer le renversement. La présence des colons asiatiques affirmait l'existence d'un signifié dont tous les signes n'étaient pas encore produits et prédisaient une société nouvelle où les critères de différenciation sociale seraient ceux de la richesse et de la pauvreté. Mais cette logique capitaliste signifiée ne pouvait coder ses signes car son actualisation était l'enjeu de la lutte entre les Mambís et l'oligarchie esclavagiste sur l'appareil d'État créole. Un régime républicain devait être instauré pour que des signes capitalistes deviennent signifiants. Les nouvelles catégories de la logique capitaliste ne pouvaient être rendues signifiantes au sein du code esclavagiste afin de préserver le pouvoir créole. Tels furent le sens et la fonction de la réduction idéologique de la condition sous contrat à la condition servile et de l'apparition de la pratique ethnique imposée aux immigrés chinois.

L'idéologie esclavagiste comme logique systématique de significations et non comme projet conscient de la classe dominante, nia les nouveaux rapports de sens et de force introduits par le travail sous contrat. Les planteurs, comme agents manifestant cette logique, tentèrent de réduire au non-sens la signification du travail sous contrat et d'assimiler les colons asiatiques à des esclaves. Ils réinterprétèrent la condition des engagés suivant le code esclavagiste, se refusant à leur octroyer des salaires, à appliquer les clauses des contrats concernant la durée limitée des engagements et la liberté de mouvement des colons. Ils mirent au contraire en avant les signes d'une dépendance physique des immigrés chinois en multipliant les mauvais traitements et les brimades à leur égard. Ces derniers gestes des planteurs ne peuvent être compris comme la manifestation de la recherche d'une rentabilité maximale de la main-d'œuvre asiatique car, entraînant une mortalité accrue des colons et leur rébellion plus fréquente, ils renchérissaient le travail sous contrat. Ils n'étaient que tentative de nier l'autonomie personnelle des hommes libres qu'étaient les immigrés chinois. Cependant, suivant la logique du discours idéologique esclavagiste, le discours que tenaient les immigrés chinois était irrationnel. La réduction idéologique réalisée suivant les termes de l'opposition entre hommes blancs et noirs engendrait des rapports de sens dénués de signification suivant la logique sociale créole : les colons étaient des esclaves non africains et des hommes libres, hérétiques, acquérant un statut social où les critères de race et de religion n'intervenaient pas. Cette irrationalité était abolie si la dichotomie civilisation-barbarie était réinterprétée suivant sa logique première, si elle était référée à la supériorité de la civilisation et de la race blanches. Les Chinois n'avaient plus à présenter les traits raciaux africains, ils étaient dits appartenir à une civilisation non blanche, corrompue, déchue, inférieure. Ils n'avaient plus à être définis comme fétichistes mais comme hérétiques, irréligieux, incrédules, et non chrétiens. Le déplacement du contenu des catégories sémantiques suivait le déplacement de la domination occidentale d'Afrique en Asie.

Document info
Document views839
Page views839
Page last viewedSat Jan 21 18:41:47 UTC 2017
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments