X hits on this document

554 views

0 shares

0 downloads

0 comments

218 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)218

mort actuellement et aucune partie de ses biens n'a été renvoyée en Chine. Il y a maintenant un autre Chinois à Cuba, nommé Chang Ch'ang kuei qui a épousé une femme blanche et gagne par son travail de quoi subvenir à ses besoins. Sa déposition fut prise et il y déclare qu'il est détesté pour ce mariage. En outre, quelques autres Chinois ont épousé des Mulâtresses et des Négresses. Mais le total de ces mariages est très petit 531.

Produit de la logique des significations de la théorie idéologique esclavagiste, la pratique matrimoniale créole exclut les Chinois de tous les groupes sociaux de l'île.

Aux traits socialement significatifs qui constituèrent les immigrés chinois en un groupe ethnique (irréligiosité, appartenance à une civilisation non blanche, dépendance), s'ajoutèrent d'autres traits d'identification. Les usages cantonais furent transformés en autant de signes différentiels suivant lesquels les Chinois étaient définis et perçus par les Créoles : usages linguistiques, religieux, vestimentaires et alimentaires, jeux, fêtes, etc. Ces signes acquéraient une autonomie et devenaient les fondements de l'identification sociale des Asiatiques, auxquels ces derniers devaient se conformer afin de répondre à leur définition par les Créoles, afin de donner sens à leurs pratiques sociales. Ces signes se muaient en normes pour les immigrés et contribuaient à reproduire leur exclusion sociale et les liens établis entre eux : clivages entre "Hakka" et "Punti" et entre natifs de différents districts du delta des Perles, appartenance aux sociétés secrètes et aux Casinos asiatiques. Mais ce statut de signes différentiels qu'acquéraient les usages cantonais signifiait leur subordination au discours idéologique des planteurs. Ils ne prenaient leur sens et leur fonction que dans leur référence au code esclavagiste ; ils n'avaient aucune existence significative en eux-mêmes et n'étaient pas les facteurs constitutifs du groupe ethnique mais des manifestations de celui-ci.

Si la définition d'un discours idéologique est celle d'un processus d'articulation de significations produisant des signes différentiels hiérarchisés et tentant de nier les antagonismes entre la classe ou le groupe dominant et les classes ou les groupes dominés, on ne peut s'étonner de la logique des traits similaires qui sous-tend la démarche de l'identification sociale et on ne peut en référer à ces traits, constitués en autant de signes, de valeurs et de normes, pour expliquer l'apparition d'un groupe ethnique et pour le définir. Un tel groupe ne peut être repéré par le processus d'auto-identification de ses membres, par une pratique d'endogamie, par une spécialisation professionnelle ou la manifestation d'une spécificité culturelle. Ces faits qui le caractérisent parfois, ne sont que les résultantes de la constitution d'un regroupement sociologique en un groupe ethnique et non les facteurs déterminant son apparition.

Le maintien des dialectes, des usages et des cultes cantonais, la réapparition des sociétés secrètes, la constitution des Casinos asiatiques contrôlés par les cuadrilleros et la formation d'un secteur commercial intégré d'éléments chinois

531 Une dizaine suivant nos recherches.

Document info
Document views554
Page views554
Page last viewedMon Dec 05 15:02:18 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments