X hits on this document

589 views

0 shares

0 downloads

0 comments

23 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)23

2

La manufacture sucrière esclavagiste

1.Le secteur agricole

Retour à la table des matières

La canne à sucre ou canamelle fut jusqu'au XIXe siècle une graminée qui se cultiva à partir de boutures comme l'observa un agronome français :

Bien que cette plante puisse se reproduire par graine ou par bouture avec une égale facilité, dans toutes les colonies du Nouveau-Monde on ne peut la multiplier que par boutures. Ce fait s'observe pour un grand nombre d'autres végétaux cultivés, qu'on multiplie par leurs racines et qui cessent dès lors de donner des semences fécondes ; tels sont le bananier, l'arbre à pin, et chez nous le lys et la tulipe 22.

Il faudra attendre les résultats d'expériences réalisées tout au long du XIXe siècle 23 pour voir s'affirmer l'opinion que la canne se reproduit normalement par ses semences, et seul le XXe siècle verra l'application de ces études. La canne à sucre fut jusque-là cultivée comme un clone. Grâce à de nombreuses descriptions de l'époque, il est possible de connaître avec quelques précisions les méthodes de culture employées dans les Antilles et particulièrement à Cuba aux XVIIIe et XIXe siècles.

Bien que les mois d'octobre à janvier fussent les plus propices, l'époque de la plantation des cannes variait selon la disponibilité en main-d’œuvre. Les terrains étaient défrichés suivant la technique de l'écobuage : arbres, arbustes, lianes étaient coupés et les troncs qui pouvaient servir de bois de chauffage étaient enlevés. Des lignes de protection contre le feu étaient ensuite tracées. Ces intervalles dénommés guarda-rayas, servaient de chemins de desserte. Ils étaient larges de 7 varas, soit 6 m, à l'exception des principaux qui conduisaient au moulin et atteignaient

22 Blachette et Zoéga, Manuel du fabricant et du raffineur de sucre, p. 19.

23 R. Fauconnier, la Canna à sucre. Cet auteur, tout au long du chapitre 2, cite les expériences réalisées à la Barbade par Harper et Parris (1858), à la Martinique par Rouf (1871), à Maurice par Lemerle (1871), à Bourbon par Sigsyer (1885) et Mesgnil d'Entente (1889), à Java par Soltwedel (1888).

Document info
Document views589
Page views589
Page last viewedWed Dec 07 15:21:06 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments