X hits on this document

674 views

0 shares

0 downloads

0 comments

43 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)43

3

La crise de l'esclavage : 1840-1880

1.Les nouvelles techniques européennes

Retour à la table des matières

Le coût de la main-d’œuvre ne constituait pas le seul problème des unités de production de Cuba. Lorsque les planteurs désiraient accroître la capacité productrice de leurs propriétés, trois goulots d'étranglement subsistaient : les bas rendements de la sucrerie et de la purgerie, la simplicité des contrôles techniques de la qualité du sucre et les coûts de transport. Certes, de 1817 à 1827, toutes les zones sucrières de la province occidentale de l'île avaient été reliées par voix ferrée aux entrepôts de Regla, la zone du port de La Havane, mais le chemin de fer, trop cher, n'avait pas encore pénétré l'intérieur des canneraies. Ces difficultés furent surmontées par l'industrie sucrière européenne qui jouissait d'avantages inconnus des planteurs créoles : des subventions d'État pour ses recherches, une technique avancée et un régime de travail libre.

Durant les années 1820-1840, les pays d'Europe traditionnels consommateurs de sucre, mirent en place une nouvelle industrie d'extraction de cette denrée à partir d'un tubercule, la betterave. Les vicissitudes de cette nouvelle venue furent grandes mais les événements politiques devaient faciliter son développement. Le blocus continental

équivalant à une véritable prohibition des denrées coloniales, reporta l'attention sur les moyens de se procurer le sucre des plantes indigènes […] Un décret du 15 janvier 1812 établit cinq écoles de chimie, pour la fabrication du sucre de betteraves, dans les villes de Paris, Douai, Strasbourg et Castelnaudary ; par ce même décret on ordonnait la création de quatre fabriques impériales, disposées de manière à fabriquer, avec le produit de la récolte de 1812 à 1815, deux millions de kg de sucre brut 89.

La nouvelle industrie fut aussi encouragée en Allemagne et les productions française et allemande purent dès 1840 lutter de pair avec les produits des Antilles.

89 Blachette et Zoéga, Manuel du fabricant et du raffineur de sucre, p. 84.

Document info
Document views674
Page views674
Page last viewedSun Dec 11 01:07:19 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments