X hits on this document

591 views

0 shares

0 downloads

0 comments

57 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)57

4

Abolition de l'esclavage

et colons asiatiques

1.Le travail sous contrat

Retour à la table des matières

La question de la réserve de main-d'œuvre libre fut posée dès les années 1840 bien que les salaires agricoles durant les années 1845-1855 fussent inférieurs de moitié aux salaires urbains : un journalier recevait pour les travaux de la canne 20 pesos mensuels tandis qu'un ouvrier pouvait gagner dans une ville 2 à 3 pesos quotidiens, ce qui, inclut les inévitables jours de chômage, lui apportait une somme mensuelle de 40 à 50 pesos 127. Lorsque la main-d’œuvre esclave se raréfia dans les années 1860, cette différence entre les salaires agricoles et urbains s'inversa. Les derniers restèrent les mêmes tandis que les premiers doublèrent. Pourquoi les péons libres, blancs ou de couleur n'émigrèrent-ils pas vers les campagnes afin de recevoir de plus forts salaires ? Les hommes de statut libre évitaient les tâches qui les obligeaient à travailler côte à côte avec les esclaves : ils méprisaient le travail manuel des plantations et seule une absence de qualification professionnelle pouvait les y contraindre. José Antonio Saco commenta cette attitude :

La présence de l'esclavage est ce qui, dans l'île de Cuba, comme dans tout le pays où il existe, lance un discrédit sur tout effort personnel. Travailler étant le fait de l'esclave, l'orgueil de l'homme libre s'alarme et il s'abstient de travailler totalement 128.

Les 40 000 péons blancs qui aidèrent les esclaves durant la récolte de 1860 reçurent de hauts salaires. Les planteurs apprirent qu'ils ne pouvaient trouver la main-d'œuvre libre nécessaire à leurs sucreries et à leurs canneraies sans détruire l'équilibre financier de leurs propriétés et provoquer une grave crise dans les autres secteurs économiques de l'île.

127 J. Pérez de la Riva, "La contradicción fundamental de la sociedad colonial cubana, trabajo esclavo contra trabajo libre", Economía y desarrollo, n° 2, 1970, p. 146.

128 J. A. Saco, Memoria sobre la vagancia, p. 72-73.

Document info
Document views591
Page views591
Page last viewedWed Dec 07 20:59:19 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments