X hits on this document

558 views

0 shares

0 downloads

0 comments

67 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)67

de s'établir à Macao : un tribut avait été payé au vice-roi de Canton. En 1850, la misère, semble-t-il, régnait dans la colonie portugaise : seul le quartier chinois connaissait une relative activité. L'organisation de l'émigration cantonaise vers les possessions espagnoles allait faire de Macao un centre d'intérêt. Déclaré port libre en 1845, le port deviendra un centre de rassemblement des émigrants et le lieu de résidence du Consul espagnol. Le nouveau trafic, qui fleurit de 1847 à 1874, ranima la vieille ville. Dans la cité chinoise de Macao se réunissaient les membres des sociétés secrètes liées au départ des coolies, tandis que fleurissaient les maisons de jeu et les bouilleries d'opium. Sur les quais du port, furent érigées les baraques où les futurs émigrants attendaient de s'embarquer.

Hostile à la concurrence espagnole sur le réservoir de main-d'œuvre chinoise, le gouvernement anglais tenta de mettre fin à l'activité commerciale qui se développait à Macao. Mais le territoire était portugais et les autorités de Lisbonne alliées de celles de Madrid. Les Anglais ne purent que refuser ravitaillement en eau et en vivres aux navires chargés à Macao et venus jeter l'ancre à Hong-Kong, centre d'engagement des travailleurs destinés aux Antilles anglaises et à la Californie. Macao demeura prospère, les pressions anglaises sur les autorités portugaises restèrent sans effet durant plusieurs années. La concurrence entre les deux puissances, anglaise et espagnole, alla s'aiguisant. En 1857, la France et la Grande-Bretagne s'étaient alliées pour obtenir de nouvelles concessions du gouvernement chinois, mais, lorsque l'heure du règlement sonna, les deux puissances se trouvèrent en désaccord. Napoléon III ne voulut pas accepter les conditions victoriennes qui octroyaient à l'Angleterre le monopole des concessions accordées par la Chine. En fait la lutte entre les deux souverains semble avoir concerné non pas la Chine mais l'Afrique où ils se disputaient la domination des territoires. La France, désirant s'opposer à sa rivale, accorda des capitaux et des bâtiments aux planteurs créoles de Cuba qui surent mettre à profit cette lutte d'influence entre les deux nations européennes. L'Angleterre dut attendre avant de voir l'Espagne perdre sa position en Chine.

Une guerre d'escarmouches et d'incidents commença entre les représentants anglais et les planteurs créoles. En 1858, se forma à Canton un mouvement d'opinion contre le départ des travailleurs chinois vers les possessions coloniales espagnoles. Des rumeurs coururent dans la ville que ces hommes étaient emmenés par la force avant d'être dévorés par les habitants de Cuba. Peut-être les missionnaires protestants anglais firent-ils circuler de tels bruits afin de discréditer leurs adversaires catholiques espagnols. Le résultat ne se fit pas attendre. En 1858, les Anglais saisissaient un navire chargé de 600 émigrants recrutés à Macao et obligeaient le capitaine à relâcher les engagés dans le port de Canton. Des 600 hommes, aucun ne put reconnaître avoir émigré de son propre gré. L'hostilité populaire contre les délégations espagnoles monta, le Consul d'Espagne à Amoy mit son gouvernement en garde contre les abus exercés par les agents espagnols. Dix-huit recruteurs chinois furent exécutés à Canton, pour l'exemple. Les Anglais mirent à profit cette résistance populaire et protestèrent auprès de Madrid qui dut

Document info
Document views558
Page views558
Page last viewedMon Dec 05 16:57:59 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments