X hits on this document

650 views

0 shares

0 downloads

0 comments

85 / 240

Denise Helly, Idéologie et ethnicité. Les chinois macao à Cuba (1979)85

de guerre, tels des partisans Taiping vendus par les autorités cantonaises aux trafiquants étrangers, et aussi des victimes des luttes entre les clans de la province du Guangdong. Cependant, la majorité des hommes recrutés fut composée de villageois et de pêcheurs de districts proches de Canton et de Macao. Le rapport de la Commission Chin-Lan-Pin précisa 181 :

La plus grande partie des Chinois à Cuba sont cantonais. Après eux les hommes du Fukien, du Kiangsu et du Chekiang, (soit Fujian, Jiangsu et Zhejiang) sont les plus nombreux. Il y a en outre des hommes de toutes les provinces et même des gens appartenant aux bannières. Pendant le cours de l'enquête, la commission a rencontré des officiers militaires et civils et des gradués littéraires mêlés à la masse des travailleurs ordinaires. Ils avaient été amenés par la ruse et vendus comme les autres car ainsi que Chang Luan et 30 autres le font remarquer dans leur pétition : "les hommes intelligents sont tout comme les hommes vicieux pris dans ces filets et tombent dans ces pièges" et parmi les plusieurs dizaines de milliers de Chinois à Cuba il doit y en avoir assurément qui sont doués d'intelligence, de moralité et d'application.

Quelle que fût leur origine sociale, les recrutés furent tous des hommes jeunes. Des 103 hommes débarqués à La Havane au mois de mars et avril 1861, la moitié étaient âgés de 15 à 25 ans 182. En 1860, des 718 engagés résidant dans la juridiction de Guanajay, 626 étaient âgés de 16 à 40 ans 183.

2. Le recrutement

Retour à la table des matières

Le mot employé pour le recrutement des paysans fut celui d'enlèvement par la force, de racket suivant l'expression des autorités anglaises. Les besoins en main-d’œuvre étaient si pressants que l'emploi de la force devint nécessaire. Les Cantonais étaient attirés par les nouveaux édens de la Californie ou les régions de l'Asie du sud-est, mais ils ignoraient l'existence des Antilles. Chaque firme de La Havane intéressée au trafic délégua un agent à Macao. Ce devait être un personnage actif, sans scrupules qui sache fréter autant de navires que les besoins des plantations créoles le demandaient. Le moyen le plus simple et le plus efficace de persuader les Chinois d'émigrer fut d'employer des recruteurs chinois. Les documents de l'époque décrivent les méthodes employées par ces hommes. La plus usuelle fut l'enlèvement sur les voies fluviales du delta des Perles. Les victimes furent des villageois et des pêcheurs. Les pirates aidaient à ces rapts ; ils purent avec facilité et impunité enlever de nombreux voyageurs par bateau.

Une autre méthode de recrutement consistait à provoquer en combat la personne susceptible d'émigrer. L'offensé poursuivant son offenseur était amené

181 Chinese Emigration, p. 189.

182 Archivo nacional de Cuba, Miscelánea de libros, 1090.

183 F. Erenchun, Anales de la Isla de Cuba, Diccionario administrativo, económico, estadístico y legislativo, t. IV, p. 1658.

Document info
Document views650
Page views650
Page last viewedSat Dec 10 03:53:07 UTC 2016
Pages240
Paragraphs3347
Words101954

Comments