X hits on this document

14 views

0 shares

0 downloads

0 comments

3 / 4

territoires

« Le Chemin de Compostelle est religieux au plein sens du terme. Parce qu’il restitue l’homme dans ses racines de nomade. Parce qu’il relie l’homme à la nature. Parce qu’il est chemin de solidarité et de fraternité. » Gilbert

Le St-Jacques de l’église de Roggenhouse.

Gérard Noehringer, sauveteur du St-Jacques de l’église de Roggenhouse et artisan du balisage de l’itinéraire Fessenheim-Thann

40

Kaysersberg. L'église Sainte-Croix et le château

le Puy et Arles et se réunissaient -et s’y réunissent toujours d’ailleurs- à Puente- la-Reina, pour emprunter ensuite la voie unique et historique, le Camino Francès, le « Chemin des Français ». Une appellation flatteuse mais un peu restrictive car ce pèlerinage, loin s’en faut, n’était pas uniquement fréquen- té par des Français. Nombre de pèlerins venaient de bien plus loin, d’Angleterre, d’Italie, d’Allemagne, d’Europe du Nord et d’Europe Centrale. Et une multitude de chemins et d’itinéraires d’approche convergeaient à travers toute l’Europe vers les 4 voies principales. L’un de ces itinéraires passe par l’Alsace et permet de rejoindre les voies de Vézelay et du Puy en Velay.

Le chaînon manquant

C’est le 25 juillet 2003, jour de la St-Jacques, qu’a été solennellement inauguré le chemin alsacien qui désor- mais assure la continuité entre l’Europe du Nord et de l’Est et la Porte de Bour- gogne qui permet de rejoindre les voies du Puy et du Vezelay. L’Alsace est parcourue depuis des siècles par des pèlerins en route pour le tombeau de l’Apôtre. Deux itiné- raires principaux s’offraient à eux : l’un suivait le cours du Rhin, l’autre empruntait l’ancienne voie romaine du Piémont des Vosges. Plutôt que de chercher à retrouver un cheminement

historique dont la vérité aurait été discutable et contestable -les voies Jac- quaires d’hier étant souvent devenues des axes de communication à fort tra- fic- le choix de l’association des « Amis de St-Jacques en Alsace » s’est porté sur un itinéraire empruntant des sentiers

Leimbach. Ruines de l'église Saint-Blaise

longeant les collines sous-vosgiennes et reliant des lieux chargés d’histoire jacquaire. L’Association a fait baliser l’itinéraire reliant Wissembourg à Belfort, ainsi que les itinéraires d’ache- minement en provenance d’Allemagne, par la Fédération du Club Vosgien avec le soutien financier de la Région Alsace. Le chemin est balisé par une coquille stylisée de couleur jaune sur fond bleu.

Une symbolique féconde

Comment le coquillage est-il devenu l’emblème de St-Jacques ? Une légende raconte qu’à l’endroit même en Ga- lice où accosta le navire transportant les restes de l’Apôtre, un chevalier

Document info
Document views14
Page views14
Page last viewedWed Dec 07 11:12:28 UTC 2016
Pages4
Paragraphs126
Words1944

Comments