X hits on this document

PDF document

Royal Exhibition Building (Australia) - page 9 / 11

27 views

0 shares

0 downloads

0 comments

9 / 11

l’usage de l’édifice comme espace d’exposition générant en effet des revenus suffisants pour assurer sa stabilité financière. Le musée Victoria fournit un budget pour l’interprétation du site. Quant au gouvernement de l’État de Victoria, il apporte les fonds destinés aux travaux d’investissement.

La ville de Melbourne finance la gestion, la maintenance et les travaux d’investissement des jardins Carlton.

Le personnel du site dans son ensemble (y compris le nouveau musée) a de l’expérience dans les pratiques de conservation architecturale, ainsi que dans la recherche et la conservation. Des consultants donnent des conseils spécialisés en conservation architecturale pour le palais royal des expositions, des architectes paysagers, des arboriculteurs, des conservateurs et des gestionnaires de la conservation pour les jardins Carlton.

Justification émanant de l’État partie (résumé)

Le palais royal des expositions possède une valeur universelle exceptionnelle pour les qualités suivantes :

  • Il est l’un des rares survivants du phénomène des

expositions internationales ;

représentatifs de thèmes et de caractéristiques architecturales que partagent d’autres structures et d’autres sites ;

Les bâtiments et les jardins sont uniques en ce qu’ils ont maintenu une authenticité de forme et de fonction ;

Les expositions étaient une vitrine pour la révolution industrielle qui façonna quelques-unes des plus

grandes

mondiales.

transformations

socio-économiques

Les bâtiments

et

les jardins

sont

largement

Il est le seul grand hall subsistant du « palais de

l’industrie »,

l’élément

internationales ;

central

des

expositions

3. ÉVALUATION DE L’ICOMOS

Actions de l’ICOMOS

Une mission d’expertise de l’ICOMOS s’est rendue sur le site en septembre 2003.

Conservation

Historique de la conservation :

Le palais royal des expositions a fait l’objet d’un projet de restauration majeur en 1995, durant laquelle les finitions du décor intérieur ont été rendues à leur forme de 1901. Avant cela, dans les années 1980, un programme a été entrepris pour actualiser les services. D’autres travaux de conservation ont été entrepris en 1999-2001 pour réparer les façades, les fenêtres, les portes, le toit à l’est et la

27

peinture extérieure. Tout le travail a été entrepris conformément à la Charte de Burra d’ICOMOS Australie.

Le dossier de proposition d’inscription ne détaille aucun historique de conservation pour les jardins.

État de conservation :

Des travaux de restauration importants qui ont été entrepris sur plusieurs années ont laissé le palais royal des expositions en excellent état de conservation et de réparation.

Dans l’ensemble, les jardins semblent bien entretenus. Le projet de plan de conservation indique que le couvert des arbres dans les jardins est en assez bon état et mentionne que les massifs d’arbustes ont trop poussé ou sont abîmés et exigent des soins.

Gestion :

Deux plans de gestion distincts ont été élaborés pour le site, l’un pour le palais royal des expositions et un deuxième (un plan de gestion de conservation encore en projet) pour les jardins Carlton. Un plan directeur est en cours de développement pour les jardins, il devrait être achevé fin 2003. Il comprendra le plan de gestion de la conservation. Les deux plans suivent les principes de la Charte de Burra.

La production du plan des jardins doit s’accompagner d’un débat sur la forme future des diverses zones du jardin, étant donné l’impact du réchauffement de la planète et la nécessité de gestion des ressources d’eau dans l’hémisphère sud. Au moment de la soumission du dossier, aucune conclusion définitive n’avait été atteinte sur les questions de la plantation ou du remplacement des arbres dans les jardins et, en particulier, quant à la question de savoir s’il convient de remplacer certaines plantes exotiques par des espèces locales.

Les plans reflètent les différentes autorités de gestion pour le palais royal des expositions et les jardins Carlton. Le musée de Melbourne est responsable du bâtiment d’exposition et la section Parks and Recreation de la ville de Melbourne des jardins.

Quoique l’on comprenne qu’il existe une bonne relation de travail informelle entre les deux institutions, il serait préférable qu’il puisse y avoir une autorité de gestion globale et intégrée composée des représentants des deux institutions. Un tel organisme pourrait développer des pratiques de gestion durables à long terme pour les édifices et pour les jardins, ensemble. Les discussions pendant la mission semblent aller dans le sens de ce principe.

Analyse des risques :

Les éléments suivants sont mis en avant dans le dossier de proposition d’inscription :

  • -

    Pressions de développement :

On indique qu’il n’y a aucune grande pression de développement dans les jardins, la zone ne pouvant être vendue sans une loi parlementaire. Toutefois, un

Document info
Document views27
Page views27
Page last viewedSun Dec 11 08:28:57 UTC 2016
Pages11
Paragraphs424
Words9119

Comments