X hits on this document

370 views

0 shares

0 downloads

0 comments

102 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)102

est un fait que le système de plantation est entré dans une phase de désorganisation profonde (il suffit de se référer aux statistiques sur la production des denrées traditionnelles d'exportation pour s'en rendre compte). Toutefois considérer que la désorganisation de l'agriculture d'exportation est la cause des problèmes graves que connaît la petite exploitation agricole reviendrait à admettre que cette petite exploitation n'existerait et ne vivrait que grâce à la grande plantation. Or tel n'a jamais été le cas. Bien sûr, les grandes plantations de canne à sucre et de banane, de même que les usines, les distilleries et les hangars d'emballage des bananes constituaient la principale source à laquelle les petits paysans allaient puiser les revenus complémentaires essentiels à leur survie, toutefois il ne faut pas oublier que la cause fondamentale du besoin des petits paysans de chercher un revenu complémentaire dans un travail saisonnier sur les plantations, tient dans l'étroitesse, la mauvaise qualité et donc la non rentabilité de leur petite parcelle, toujours située en marge des plantations, qui, elles, s'accaparaient 51.2% des meilleures terres agricoles avec seulement 0.9% du nombre des propriétés. En fait, la petite et la grande exploitations agricole ne vivaient dans une "symbiose" que dans la mesure où, affamés par la non rentabilité de leurs minuscules parcelles, les petits exploitants étaient obligés et maintenus volontairement dans l'obligation de travailler sur les plantations. On ne peut parler de "symbiose" entre petit paysannat et grande plantation que dans la mesure où cette symbiose fut imposée. D’ailleurs les aspects les plus raffinés de cette symbiose sont critiquables. Tel est le cas par exemple de l'octroi fait par les habitations ou les usines de minuscules parcelles de terre à des colons, parcelles si étroites que ne pouvant subvenir aux besoins de l'exploitant et de sa famille, elles le liaient au travail saisonnier aux usines. "Symbiose" dans ce cas-ci ne signifie pas autre chose que l'appauvrissement consciemment organisé de la masse paysanne par les grands propriétaires qui voulaient se garantir une main-d'oeuvre stable et à bon marché.

Ainsi la petite exploitation agricole a toujours été relativement indépendante de la grande habitation dans la mesure où cette dernière n'était ni la raison d'être du petit paysannat (qui d'ailleurs valorisait beaucoup plus le travail en faire-valoir direct que le colonage, le fermage ou pire le salariat agricole) ni son support. En réalité, c'est l'inégalité profonde dans la structure agraire (foncière, politique, commerciale, de crédit) et la subordination officiellement approuvée des

Document info
Document views370
Page views370
Page last viewedMon Dec 05 17:05:45 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments