X hits on this document

333 views

0 shares

0 downloads

0 comments

123 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)123

culture principale un jardin familial, il ne nous apprend rien sur la présence des jardins sur les propriétés rurales non agricoles. Les observations faites au cours des divers stages effectués sur le terrain dans le cadre de cette recherche permettent cependant d'avancer que la très grande majorité des propriétaires ruraux entretiennent un jardin familial qu'il est toujours facile de retrouver près des maisons et de distinguer des autres parcelles dans le cas des micro propriétés agricoles.

Le concept de "jardin créole" peut être retenu toutefois pour caractériser la micro propriété rurale, dans la mesure où il réfère plus une certaine perception et utilisation de la parcelle de la part du propriétaire que d'une dimension ou d'une activité minimale fixée arbitrairement pour des fins de compilation statistique. En fait, des exploitations agricoles de 1 à 3 ha peuvent être utilisées comme de simples jardins par un propriétaire qui n'y consacre qu'un nombre limité d'heures, travaillant à plein temps à l'extérieur et utilisant la production de sa parcelle pour la seule autoconsommation. Le jardin créole devient plus un concept sociologique qu'une unité de production agricole.

Richard Paré décrit ainsi la micro propriété agricole : "A cause de l'omniprésence des bananiers et d'autres arbres qui bloquent la vue, et à cause de la nature irrégulière et escarpée du terrain (on n'essaie pas de la modifier avec des terrasses ou d'autres méthodes de nivellement), les taches individuelles ne se dégagent pas de ce qui semble être à première vue un fouillis végétal ; pour y saisir l’ordre méticuleux, il faut explorer le jardin de fond en comble, En passant sous le couvert des bananiers, on découvre des éclaircies plantées d’ignames et de choux ; les taches n'ont pas de séparation reconnaissable entre elles (des clôtures ou des haies) quoiqu'on plante parfois une rangée de manioc ou de canne sur un ou deux côtés d'une tâche pour "tenir la terre" (1976, p.45).

Paré a réalisé une liste exhaustive des plantes cultivées sur les 20 exploitations qu'il a étudiées à la Montagne du Vauclin. Cette liste nous donne un échantillon des principales plantes cultivées dans les jardins créoles. La diversité des plantes cultivées s'impose comme la caractéristique dominante des jardins créoles. En fait "étant données les limitations de l'espace et du marché, l'impossibilité de prévoir les récoltes avec exactitude et les besoins de subsistance (il faut se rappeler le rôle important que l'agriculture joue dans l'alimentation des maisonnées rurales) aucun cultivateur ne se spécialise dans une ou deux cultures

Document info
Document views333
Page views333
Page last viewedSat Dec 03 18:11:34 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments