X hits on this document

399 views

0 shares

0 downloads

0 comments

131 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)131

On observe cependant que dans ce dernier cas la limite de la division de l'exploitation est atteinte et qu'à la prochaine occasion de morcellement cette exploitation viendra grossir les rangs des propriétés indivises. En fait, "la tendance à la propriété collective familiale apparait de plus en plus comme la formule visant à supplanter le morcellement abusif des microfundias" (Burac, 1-975). Cette indivision suscite l'apparition d'un nouveau type d'exploitant agricole, la famille petits propriétaires qui délègue en général ses droits d'exploitations à l'un des membres de la famille (souvent le fils cadet), qui bien que soumis en principe aux décisions de la famille conduira le plus souvent à sa guise l'exploitation familiale qu'il est seul à faire fructifier.

4.3. RÉSEAUX DE COMMUNICATION ET CHANGEMENT SOCIAL

Retour à la table des matières

Face aux transformations que connait l'agriculture ans Antilles françaises, les petits cultivateurs peuvent opter pour plusieurs solutions : laisser la terre pour travailler comme salarié agricole ou manœuvre, la laisser exploiter en faire-valoir indirect, l'utiliser comme jardin familial sur lequel on travaille à temps partiel, émigrer vers les villes, opter pour un travail fonctionnarisé plus gratifiant, etc.. Tous ces choix s'offrent au petit exploitant agricole au travers un certain nombre de réseaux de communication qui véhiculent les idées porteuses de changement. Parmi les principaux réseaux de communication, on trouve : le réseau scolaire, la migration rurale-urbaine, les mass-média, les structures d'importation des biens étrangers et la publicité qui en fait la promotion, les routes, etc..

L'assimilation administrative apportée par la Départementalisation eut des conséquences positives au niveau scolaire par l'application de la scolarisation obligatoire jusqu'à 16 ans. Le taux de scolarité grimpa rapidement dès les années 50, pour atteindre dans les années 70 un niveau comparable au niveau de scolarité des Français métropolitains. Toutefois, cette assimilation des structures scolaires impliqua l'imposition unilatérale d'un programme d'éducation conçu pour la société post-industrielle et hautement fonctionnarisée qu'est la France métropolitaine, mais non adapté au caractère pré-industriel et foncièrement

Document info
Document views399
Page views399
Page last viewedWed Dec 07 14:45:46 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments