X hits on this document

322 views

0 shares

0 downloads

0 comments

142 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)142

30 lots mesurant en moyenne 10.75 ares chacun. Ces lotissements-habitats sont sous la juridiction de la D.D.E. (Direction départementale de l'Equipement) qui supervise toutes constructions et aménagent en zones agglomérées (bourgs, villes). Le propriétaire qui se voit refuser l'autorisation d'entreprendre un lotissement-habitat soit par la DDE ou encore par la D.D.A. (Direction départementale de l'Agriculture) à qui sont référées les demandes de lotissements touchant des propriétés situées en dehors des zones agglomérées, peut alors diviser sa propriété en parcelles de plus de 500 mètres carrés et se conformer ainsi aux règlements de la D.D.A. en matière de lotissements-agricoles.

Ce deuxième mode de lotissement est rentable sur une propriété d'au moins dix hectares, les lots moins nombreux et plus grands rapporteront quand même au vendeur des sommes importantes sans qu'il n'ait à débourser pour la viabilisation des parcelles. Sur un lotissement agricole, il est prévu qu'une partie du lot soit consacrée à l'habitat de l'éventuel "agriculteur" mais dans le cas qui nous occupe, celui-ci sera plutôt fonctionnaire à temps plein et jardinier dans ses moments libres. Faute d'un plan d'ensemble d'occupation des terres pour la Martinique, plan qui saurait regrouper les objectifs de la D.D.E. et de la D.D.A. en matière de protection des terres agricoles et d'aménagement des zones agglomérées, il sera toujours possible, comme on le dit au Morne-Vert de "lotir et de bétonner les bonnes terres et d'y laisser brouter quelques cabris et un veau afin d'être en règle avec les autorités". Les lotissements de la Cavalerie et de Bel-Event sont représentatifs de ce dernier mode de lotissement". (Mineau, 1976, p.45-46).

Cette longue citation tirée du travail de Mme Mineau nous montre la vulnérabilité et le manque de fermeté des lois régissant les terres agricoles à la Martinique. Ce manque de contrôle sur les lotissements, qu'ils soient de type habitat ou de type agricole, a des conséquences importantes sur le développement de l'agriculture martiniquaise dont les deux principales sont l'utilisation des meilleures terres agricoles à des fins non agricoles et l'augmentation sans précédent du prix de la terre qui en atteignant une valeur marchande plusieurs fois supérieure à la valeur agraire, n'est plus, du coup, disponible pour les petits propriétaires qui vent consolider leur exploitation. Toutefois, un plan d'aménagement rural qui aura pour fonction de coordonner les efforts des divers services officiels concernés en vue de la protection et de la mise en valeur des terres agricoles sera appliqué bientôt à la Martinique.

Document info
Document views322
Page views322
Page last viewedFri Dec 02 22:24:33 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments