X hits on this document

367 views

0 shares

0 downloads

0 comments

19 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)19

procès de production n'ait débuté. Le second vend sa force de travail une fois le procès de production terminé. Le petit exploitant agricole devient à la limite un "producteur salarié aux pièces" qui travaille à la maison, souvent sur les terres de l'usine, pour s'assurer un minimum de revenu monétaire. Le salariat, le métayage, le faire valoir direct et l'exploitation des lots de réforme foncière ne représentent donc que diverses modalités de la vente obligatoire de la force de travail du paysan aux plantations et usines à sucre.

Ce schéma d'analyse des rapports de production au sein du secteur de production agricole bien qu'essentiel à la compréhension de l'évolution de l'agriculture aux Antilles françaises ne peut toutefois pas tout expliquer dans ces sociétés marquées non pas par les seuls rapports de classe, mais par des rapports raciaux et ethniques originaux. Nous sommes en présence non de simples rapports patrons-ouvriers, mais de rapports Blancs/Noirs, Blancs créoles/descendants d'esclaves. Or ces deux modes de rapports d'ordre sociologique et culturel ne font pas seulement que masquer les rapports réels de classe, mais ils les modifient profondément, pour produire des rapports de classe originaux. Il faut se rappeler que les rapports de classe ne sont pas déterminés structurellement, par la simple position qu'occupe un groupe par rapport aux moyens de production mais aussi par les conséquences sociales et culturelles de la position structurelle d'un tel groupe, c'est-à-dire par les rapports sociaux de production. Les instances politiques et idéologiques seront à côté des rapports structuraux de production, des éléments clés dans la détermination des classes sociales en présence.

Aussi comme nous le verrons tout au long de ce travail, les modalités de la vente de la force de travail paysanne ont évolué de façon marquée, et ce principalement dans les dernières décennies, avec la déstructuration du système de plantation. Le problème n'est pas seulement que le paysannat vend sa force de travail pure ou sa force de travail matérialisée de plus en plus aux plantations sucrières ou sur les marchés des bourgs (sous forme de produits vivriers et maraîchers). Le problème vient plutôt de ce que de nouveaux types de rapports se sont établis au sein même de l'agriculture, plus précisément entre les sphères précapitalistes (petite exploitation agricole, petit commerce) et capitalistes (plantations, usines, hangars d'emballage des bananes, distilleries) de la production agricole. De même, de nouveaux rapports entre le système colonial et le système économique international sont venus compliquer le tableau.

Document info
Document views367
Page views367
Page last viewedMon Dec 05 14:14:17 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments