X hits on this document

466 views

0 shares

0 downloads

0 comments

34 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)34

Ce développement de la petite propriété agricole ne s'est cependant pas fait librement sous la poussée de la soif d'autonomie et d'indépendance des masses noires libérées de l'esclavage après 1848. Cette nouvelle classe de paysans ne constituera pas un groupe "extérieur" à la plantation sucrière et de fait, une bonne partie des petits exploitants agricoles fut liée par des liens tant juridiques qu'économiques à la grande plantation. Croire à l'indépendance de cette petite paysannerie demanderait de faire fi du rôle central et historiquement déterminé qu'elle était appelée à jouer comme main d'oeuvre de base de l'économie sucrière.

Dès le milieu du 19ème siècle, l'existence d'une classe de véritables petits exploitants agricoles indépendants était niée, ces derniers ne contrôlant pas réellement ni la terre, moyen de production fondamental ni la nature ou la quantité de leur production. Cette négation de l'existence d'une classe paysanne indépendante, se développa en "négation structurelle" dans la mesure où l'expropriation cyclique des terres paysannes limitrophes aux plantations pour fin d'expansion par les planteurs, devint une condition essentielle pour le contrôle et la reproduction de la force de travail requise par l'industrie sucrière.

Dépossédé d'un contr8le réel sur les moyens de production (terre, usines) et sur les conditions même de la production (obligation de produire de, la canne, de vendre cette production aux usines à des taux fixés unilatéralement), le petit paysannat se mua dès le départ en salariat agricole camouflé sous les apparences d'une paysannerie indépendante. C'est d'ailleurs l'acceptation de cette idéalisation de la paysannerie (occultation des rapports réels de production par la paysannerie elle-même) qui permit la reproduction de la force de travail libérée et mise en disponibilité pour l'industrie sucrière.

2.1-3. Le sort de la grande exploitation agricole dans la deuxième moitié du 19ième siècle

Retour à la table des matières

Cette période suivant l'abolition de l'esclavage ne fut pas critique pour la seule petite exploitation agricole. Elle fut aussi l'époque de la constitution des grandes plantations, de la concentration des terres des "habitations" et du développement des usines centrales. En fait "la concentration agricole et industrielle, dans les

Document info
Document views466
Page views466
Page last viewedTue Jan 17 03:32:04 UTC 2017
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments