X hits on this document

421 views

0 shares

0 downloads

0 comments

53 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)53

Quel fut l'impact de cette évolution des cultures d'exportation sur les petits exploitants agricoles ? D'abord pour ce qui est de la canne à sucre, le Recensement général de l'agriculture (Martinique, 1973-74) nous dit que 1.874 exploitants cultivent 7.651 ha en canne pendant qu'en 1935, 2.357 exploitants en cultivaient 14.050 ha (Kervégant, 1935 : 25). Or de ces 1.874 exploitants cultivant la canne en 1972, 943 soit 50,3% étaient propriétaires de moins de 3 hectares. En 1935, des 2.357 exploitants cultivant aussi la canne, 1.700 soit 73% cultivaient des propriétés de moins de 3 hectares. Les problèmes de l'industrie sucrière ont donc eu pour effet d'écarter sensiblement les petits exploitants de la culture de la canne à sucre. Il est toutefois très difficile à partir des données disponibles de déterminer l'ampleur respective des conséquences de la crise sucrière sur le colonat partiaire et la part du faire-valoir direct.

Il en va de même pour les grandes propriétés dont plusieurs se sont reconverties à la banane. Le tableau suivant nous donne une idée de l'évolution de la culture de la canne par classe de superficie de 1935 à 1972, pour la Martinique.

TABLEAU 8.

Importance de la culture de la canne selon les classes de superficie.

Retour à la table des matières

Années

classes de superficie

Moins de 3 ha %

De 3 à 10 ha %

De 10 à 100 ha %

100 ha et plus %

nb

surf.

nb

surf.

nb

surf.

nb

surf.

1935

72,0

5,0

12,7

3,9

9,1

19,2

6,2

71,9

1973

50,3

9,7

43,0

20,9

4,3

8,9

0,9

60,5

Sources :Kervégant, 1935 : 25

Recensement général agricole 1973-74.

% nb% du nombre de propriétés cultivant la canne.

% surf. :% des surfaces correspondantes.

Document info
Document views421
Page views421
Page last viewedFri Dec 09 04:51:38 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments