X hits on this document

349 views

0 shares

0 downloads

0 comments

57 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)57

que 2.062 ha en 1972. Les problèmes de commercialisation et l'accroissement du coût de production découragèrent graduellement les petits producteurs de banane dont plusieurs ne replantèrent pas leur parcelle détruite par la tempête tropicale "Dorothy" en 1970. Ainsi le nombre de producteurs bananiers de moins de 5 ha passa de 2.793 en 1963 à 1.963 en 1972 pendant que celui des planteurs de 5 à 20 ha passa de 183 en 1963 à 100 en 1972. Par contre le nombre de producteurs de plus de 20 ha s'accrut de 101 en 1963 à 119 en 1972 ce qui dénote une concentration de cette production aux mains des propriétés de plus en plus grandes, 5% du nombre des producteurs contrôlant 60% des superficies cultivées en banane en 1972. La pression des grands planteurs s'est fait sentir de façon négative principalement lorsqu'ils ont favorisé l'accroissement des exigences sur la qualité des bananes et monopolisé la plus grande partie des quotas au dépend des petits exploitants.

Lasserre fait remarquer qu'en 1965, dans la région bananière du sud de la Guadeloupe volcanique, 2.000 petits propriétaires cultivent 2.150 hectares de bananeraies soit une moyenne de 1,13 ha cultivé par possédant (1967 : 110). Les données présentées plus haut sur la Martinique révèleraient un ordre de grandeur semblable.

Document info
Document views349
Page views349
Page last viewedSun Dec 04 14:23:07 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments