X hits on this document

442 views

0 shares

0 downloads

0 comments

61 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)61

la canne.

2.4. L' ÉVOLUTION DES CULTURES VIVRIERES MARAICHERES ET DE L'ÉLEVAGE

Retour à la table des matières

Les surfaces consacrées aux cultures vivrières et maraîchères ont varié considérablement depuis leur expansion au lendemain de l'abolition de l'esclavage, où elles avaient atteint à la Martinique 12.736 ha en 1850, et 14.186 ha en 1870 (Kervégant) 9. « À l'époque où la Martinique enregistrait sans doute le maximum d'extension le plus récent de ses cultures sucrières (23.000 ha en 1889, 24.000 probablement en 1911), la superficie dévolue aux productions vivrières marquait un déclin rapide tombant de 17.000 ha en 1895 à 12.000 ha en 1912 et refluant encore de 50% de 1912 à 1935. La reprise liée à la seconde guerre mondiale, quoique remarquable (7.000 ha) était de courte durée puisque dès 1945, 1'île n'accordait plus selon Revert que 3.500 hectares à ces productions pourtant essentielles» (Atlas de la Martinique). La production vivrière et maraîchère reprit toutefois de l'importance à la faveur de l'augmentation des coûts de production des cultures d’exportation et du morcellement des moyennes propriétés devenues trop limitées pour rentabiliser les cultures coloniales. En 1972, 5.932 ha étaient encore plantées de vivrières-maraîchères dont 4.845 ha étaient exploités par 8.561 paysans de la classe de 0,5 à 10 ha (Recensement général 1973-74). A la Guadeloupe, toujours en 1972, 5.454 ha étaient plantés en cultures vivrières-maraîchères dont 5.201 ha sont exploités par les paysans de la classe de 0,5 à 10 ha (R.G.A., Guadeloupe, 1972). Ces 5.454 ha plantés en vivrières-maraîchères ne couvrent que 9% du sol cultivé guadeloupéen, pendant que la banane en occupe 12% et la canne 45%.

Si, comme nous l'avons vu dans les deux sections précédentes, les cultures de la canne à sucre et de la banane concernaient surtout la grande plantation agricole, les cultures vivrières et maraîchères de leur côté, sont la chasse gardée de la petite exploitation agricole. En 1972, sur un total de 12.482 exploitations martiniquaises

9 1935 : 9.

Document info
Document views442
Page views442
Page last viewedSat Dec 10 17:30:03 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments