X hits on this document

509 views

0 shares

0 downloads

0 comments

65 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)65

Mais quelle est l'importance réelle de ces cultures vivrières dans l'agriculture martiniquaise actuelle ? Dans quelle mesure les zones de petites propriétés peuvent être qualifiées de zones vivrières ? Le tableau 13 démystifie un peu le stéréotype du paysage vivrier. De ce tableau conçu à partir des données du recensement général de l'agriculture 1973-74, Mme Frenette dégage d'abord certaines données globales sur l'état de l'agriculture. "Dans l'ensemble dit-elle, c'est l'élevage qui occupe la plus grande surface avec 25.365 ha soit 49,6% de la surface agricole utilisée. Ensuite vient la culture de la banane avec 9.094 ha, ce qui représente 17,8% de la surface totale utilisée. Au troisième rang se trouve la canne avec 7.652 ha cultivés, soit 15% de la surface utilisée. Les cultures vivrières et maraîchères occupent 5.932 ha soit 11,6% de la surface utilisée" (Frenette, 1978 : 2223). Puis elle passe à une analyse détaillée par classe de superficie que nous reproduirons ici : "Dans la catégorie des moins de 0,5 ha, c'est l'élevage qui est le plus important. Pratiqué par au moins 6.605 exploitants, il couvre 878 ha soit 56,8% de la surface utilisée, et au moins 64,7% des exploitants de cette catégorie le pratiquent. Ensuite viennent les cultures vivrières et maraîchères, pratiquées par 3.741 exploitants, soit 36,7% des exploitants, sur une surface de 473 ha, soit 30,6% de la superficie agricole utilisée. On note un nombre important de jardins (surface inférieure à 10 ares) : 3.305 appartenant à 29,5% des exploitants. La banane et la canne sont négligeables dans cette catégorie et couvrent à elles deux à peine 3% de la superficie utilisée. La polyculture se présente donc d'abord comme élevage associé assez souvent mais pas toujours à une petite parcelle en cultures vivrières et maraîchères ou même à un simple jardin".

"Chez les exploitants de 0,5 à 3 ha, c'est l'élevage qui domine. Il est pratiqué par au moins 4.634 exploitants, soit 49,4% des exploitants. La surface qui y est consacrée est de 5.254 ha, ou 50,9% de la surface utilisée. Les cultures vivrières et maraîchères viennent au second rang pour la surface : à peine 25,6% de la surface avec 2.642 ha, mais elles touchent un nombre très important d'exploitants, soit 6.484 représentant 69,1% de ceux-ci. La banane y est plus importante que dans la première catégorie sans être encore très importante : on la trouve sur 14,4% des exploitations et 12,1% de la surface. La combinaison polyculture vivrière-élevage caractéristique de la paysannerie s'associe aux grandes cultures, canne et banane, dans un petit nombre de cas (au plus 24% des exploitants)".

Document info
Document views509
Page views509
Page last viewedWed Jan 18 19:05:29 UTC 2017
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments