X hits on this document

404 views

0 shares

0 downloads

0 comments

67 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)67

TABLEAU 14.

Utilisation du sol pour l'élevage par classe de propriété.

Retour à la table des matières

classes

de ha

- 3 ha

3-10 ha

+ de 10 ha

total

Nombre de bovins

5,065

15,606

13,642

14,958

49,271

Nb bov. par sup. fourr.

5,77

2,97

2,23

1,14

1,94

Nb d'expl. sans bovins

74,8

39,7

17,6

29,4

46,7

% des bovins

10,3

31,7

27,7

30,3

100%

Source : Recensement général agricole, Martinique, 1973-74.

L'élevage bovin martiniquais en lui-même, qu'il soit constitué de groupes de deux ou trois bêtes au piquet ou de grands troupeaux de plusieurs centaines de têtes "avec un troupeau évalué à 45.000 têtes en 1972 (les données fluctuent selon les organismes qui les présentent) dont 2.000 laitières, assurant l'emploi permanent de quelque 3.000 personnes et valorisant 24.000 hectares, plus que l'ensemble du secteur agricole d'exportation à même date (17 à 18,000 ha seulement) dont 50% en prairies améliorées ou plantées, la Martinique pose sinon les bases d'une reconversion spectaculaire, au moins celle d'une gestion mieux équilibrée de son potentiel agricole" (Atlas de la Martinique). Toutefois la médiocrité moyenne du cheptel bovin (les boeufs élevés sur les petites exploitations sont d'une race créole moins productive) explique que la production locale de viande, estimée en 1972 à 1.100 ou 1.200 tonnes, ne permette pas d'assurer le tiers des besoins locaux (qui augmentent soit dit en passant avec le niveau de vie) et oblige à recourir à l'importation à concurrence de 2.600 à 2.700 tonnes dont 1.400 de viande et le reste constitué de produits charcutiers divers" (Atlas, 1977). Le cheptel avicole n'assure de son côté que 40% des besoins de poulets en chair.

Document info
Document views404
Page views404
Page last viewedThu Dec 08 00:57:38 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments