X hits on this document

542 views

0 shares

0 downloads

0 comments

69 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)69

recensement agricole signalait 131 ha de salade, 543 hectares de tomates, 49 ha de poireaux, en plus d'une production relativement importante d'oignons, de melons, de radis, d'haricots verts, de poivrons, etc. Il est possible de penser que cette production maraîchère couvre une part très importante des superficies en polyculture.

Finalement depuis 1935, la Martinique est témoin de la disparition de certaines cultures secondaires comme le cacaoyer, le caféier, le vanillier et le cotonnier qui occupaient respectivement 574, 304 42 et 57 ha en 1935. Toutefois de nouvelles cultures secondaires d'exportation semblent vouloir se tailler une place dans l'agriculture martiniquaise. L'aubergine, qui bénéficie des infrastructures de transport mises en place pour la banane a vu ses exportations passées de 1200 tonnes pour la campagne 1970-71 à 3.500 tonnes pour la campagne 1973-74, avec 150 ha en culture. La Martinique est aussi dotée d'un verger d'avocatiers de 350 ha de 80 ha de citronnier et de 50 ha de culture florale (Atlas, 1977). "La contribution globale des fruits au commerce extérieur martiniquais a été en 1973 d'environ 600 tonnes dont 570 d'avocats" dit l'Atlas. Il s'avère cependant que cette contribution est minime par rapport au potentiel agricole de l'île. Cette sous-utilisation des terres agricoles est d'autant plus néfaste qu'elle oblige la Martinique à importer une très grande partie des produits agricoles qu'elle consomme, aggravant ainsi un déficit déjà considérable de la balance commerciale. En fait, les importations de fruits et de légumes passèrent de 11.508 tonnes en 1970 pour une valeur de 14.292.000 F à 14.492 tonnes en 1976 pour une valeur de 37.468.000 F. Des produits alimentaires divers furent importés pour 110.807 tonnes et une valeur de 405.218.000 F en 1976 de même que 10.061 t. de viande pour une valeur de 87.857.000 F, 7.771 tonnes de produits laitiers pour une valeur de 59.658.000 francs et 41.270 t. de farines et céréales pour 61.428.000 F (voir tableau 16).

Document info
Document views542
Page views542
Page last viewedSat Jan 21 02:41:15 UTC 2017
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments