X hits on this document

449 views

0 shares

0 downloads

0 comments

94 / 158

Raymond MASSÉ, LA FIN DES PLANTATIONS ?... (1980)94

propriétés marquée traditionnellement par la culture de la canne et le travail salarié pour les usines à sucre et les distilleries.

Nous ferons ici l'analyse des conséquences de la déstructuration de l'économie agricole d'exportation et du système de plantations sur la petite exploitation agricole de ces deux communes dont l'une est "en marge" et l'autre "intégrée" au système de plantation. En réalité, ces deux communes ne constituent pas des types parfaits de communautés "en marge" et "bien intégrées" au système de plantation dans la mesure où Morne-Vert a déjà accueilli des distilleries et la Vauclin des centaines de petits cultivateurs vivriers vivant dans les mornes. Toutefois, les données du recensement agricole ne nous permettent pas de faire l'analyse de zones nettement délimitées et exclusives de colons partiaires, de fermiers, de petits planteurs ou de salariés agricoles (ce qui d'ailleurs n'existe nulle part à la Martinique) nous devrons faire l'analyse de deux types non exclusifs de communes.

La région du Sud-Est où est située la commune du Vauclin fut jusqu'à ces dernières années une région consacrée principalement à la culture de la canne. Les usines du Vauclin (fermée en 1949) et du Marin (fermée en 1969) de même que plusieurs distilleries (18 dans le Sud-Est en 1939, 13 en 1950, 7 en 1960 et 4 en 1969) (Calmont, 1970, p.149) étaient au coeur de l'activité agricole de la région et constituaient une source importante de travail pour les petits exploitants agricoles. D'après Kervégant (1935, p. 70) l'usine du Vauclin broyait en 1935, 13,772 tonnes de cannes qui provenaient de ses plantations contre 5,010 tonnes qui provenaient de l'extérieur. Lorsque l'on connaît le faible tonnage de canne fournit par les petits planteurs indépendants (rarement supérieur à 100 tonnes), on peut concevoir qu'un nombre relativement important de petits agriculteurs vivaient de la culture de la canne qu'ils livraient aussi aux distilleries (en 1967, 15,000 tonnes de cannes soit 15% de la production du Sud-Est avaient été manipulées par les distilleries) (Calmont, idem p. 149). Les surfaces cultivées en canne dans le Sud-Est passèrent de 1700 ha en 1961 à 1,130 ha en 1969 et ce avant la fermeture de l'usine du Marin, qui influa certainement sur la vie agricole du petit paysannat de la région. La chute de la culture de la canne ne signifia pas seulement pour les petits exploitants une réorientation de l'utilisation de leurs parcelles vers d'autres productions (banane, élevage, cultures maraîchères) mais surtout la perte de revenus supplémentaires provenant d'un travail saisonnier sur les plantations des

Document info
Document views449
Page views449
Page last viewedSat Dec 10 21:31:54 UTC 2016
Pages158
Paragraphs2790
Words49284

Comments