X hits on this document

68 views

0 shares

0 downloads

0 comments

8 / 28

interdit d’utiliser la radio comme téléphone ou à des fins de prosélytisme politique ou religieux.

L’histoire des radioamateurs en France.

Les radioamateurs aveugles ont commencé à émettre entre les deux guerres, puis au début des années 60, ils se sont regroupés au sein de l’UNARAF. Cette union entre les radioamateurs aveugles de France a d’abord édité des manuels sur support audio afin de faciliter l’apprentissage des outils qui permettent de faire de la radio.

Depuis une vingtaine d’années, avec le passage au numérique, certains fabricants ont installé des synthèses vocales sur les systèmes de radio pour rendre possible leur réglage et leur utilisation par des déficients visuels.

L’écoute des ondes courtes est également un plaisir particulier pour le radioamateur : « on peut parfois entendre les bateaux de pêche qui conversent entre eux, les liaisons transatlantiques aéronautiques. Sinon l’écoute des ondes courtes permet aussi d’apprendre énormément de choses sur les pays, les coutumes, la politique, etc. » détaille Richard Jalus.

Les radioamateurs véritables sauveurs de vie…

Comme nous l’explique R. Jalus : « avec une petite batterie, un émetteur radio peut toujours fonctionner dans des conditions assez critiques ». « Il est arrivé que les radioamateurs relaient les réseaux officiels lors de catastrophes, lors de tremblements de terre, par exemple. » Et Richard Jalus de continuer : « il y a eu des cas où les radioamateurs sont arrivés les premiers sur le lieu d’une catastrophe ». En effet, il est arrivé que les radioamateurs aident la sécurité civile à localiser, par triangulation, des balises de détresse aéronautiques.

Le téléphone portable et internet, ennemis de la radio amateur ?

En réalité, le téléphone portable n’est pas concurrent du radioamateur. Par exemple, la radio amateur reste une solution simple et peu onéreuse comparée au téléphone satellitaire. Comme le rappelle R. Jalus, « dans de nombreux pays, les couvertures GSM se restreignent uniquement aux villes. Dans de nombreux villages, dans la brousse par exemple, les portables ne passent pas. » Ainsi les radioamateurs peuvent prendre le relais.

Pour ce qui est d’internet, Richard Jalus souligne la complémentarité qu’il peut y avoir avec la radio amateur : « vous pouvez grâce à internet avoir des informations sur le pays que vous contactez, télécharger des logiciels qui calculent la propagation des ondes. »

Le nouvel enjeu du numérique.

Actuellement, la radio passe progressivement au numérique. Dans ce contexte il faut bien s’assurer que les récepteurs soient toujours accessibles pour les personnes handicapées visuels. « Avec la radio numérique terrestre, il sera possible de visualiser sur un écran toutes sortes d’informations au sujet du chanteur diffusé : la pochette de son album, des dates de concert ». Il s’agit de s’assurer que ces récepteurs seront adaptés, « à l’heure actuelle, il n’en existe aucun. » s’inquiète Richard Jalus.

Qu’on se le dise - novembre - décembre 20098

Document info
Document views68
Page views68
Page last viewedWed Dec 07 16:36:53 UTC 2016
Pages28
Paragraphs523
Words9989

Comments