X hits on this document

Powerpoint document

« Conduites transgressives, cas cliniques et dysfonctionnements familiaux » - page 25 / 31

79 views

0 shares

0 downloads

0 comments

25 / 31

Formation avril 2008 hôpital de Thuir

     Grâce au travail de collaboration entre l’association AFED du 92 accueillant des femmes battues et moi-même, une stratégie de recueil des informations et de sollicitations des services policiers, judiciaires, de santé scolaire a pu se mettre en place.

     Hélas les réactions du juge sont surprenantes, le père terrorise les enfants avant de rentrer dans le cabinet du juge et la juge les culpabilise en prétextant que leur père souffre de leur absence.

         Le père sera condamné à 6 mois avec sursis et 18 mois de Sursis M.A.E avec un contrôle judiciaire, la présidente l’a présenté comme un manipulateur et a déclaré que les enfants ne mentaient pas, le procureur avait demandé 2 ans de prison ferme. Selon les magistrats les enfants ne rencontrent pas une posture protectrice et ne comprennent pas leur incohérence !

En juin 2006, l’aînée des filles va parler à son avocat, « à 6 ans le père la prenait sur le canapé pour la masser du dos jusqu’aux fesses et insistant sur les fesses, sur le ventre jusqu’à la poitrine, la prenant sur ses genoux en la faisant sauter » elle a porté plainte ! Il faisait cela en cachette. Les autres enfants par la suite ont dévoilé aussi des abus du père depuis de nombreuses années. Ainsi le fils à 6 ou 7 ans était obligé de regarder la nuit des films pornos et le père se masturbait devant son fils.

Les procédures policières, des juges, des éducateurs prolongent durant des mois leurs investigations auprès des enfants les faisant replonger sans cesse dans les abus subis. L’éducatrice AEMO culpabilise la mère l’accusant de manipuler les enfants, disant que M BE pleure à chaudes larmes et qu’il regrette ses gestes vis-à-vis des enfants, disant que c’est juste une histoire de couple pour que madame obtienne le logement. L’éducatrice ordonne à la mère de parler positivement du père aux enfants. La dernière fille a expliqué à l’avocate « qu’elle préférait mourir que de voir son père ! ».

En février 2007 devant le juge des enfants, la mère a été agressée verbalement par l’éducatrice, la juge a demandé aux enfants leur pardon.

Document info
Document views79
Page views79
Page last viewedSun Dec 04 12:18:12 UTC 2016
Pages31
Paragraphs269
Words7577

Comments