X hits on this document

56 views

0 shares

0 downloads

0 comments

7 / 15

418

Médicaments et eaux usées urbaines

Selon les et al., (2000) c’est-à-dire le

travaux présentés par STUER-LAURIDSEN et JONES et al., (2002) le facteur PEC/PNEC, rapport entre la concentration de la substance

dans

l’environnement

(PEC = Predicted

Environmental

(TERNES, 2001). Certains antibiotiques comme la pénicilline sont très consommés mais ils ne peuvent être détectés dans les environnements aquatiques qu’en faible concentration car ils sont très facilement hydrolysés (HIRSCH et al., 2000).

Concentration) et (PNEC = Predicted

la No

concentration prédite Effect Concentration)

sans effet de certains

médicaments analgésiques (paracétamol), anti-inflammatoires (acide acétylsalicylique) et antibiotiques (amoxicilline et oxytétracycline) dépasse 1 au Danemark et en Angleterre. Les valeurs inférieures à 1 sont considérées sans danger. La méthodologie utilisée pour estimer les PNEC et PEC est celle décrite dans les documents guides européens (STUER- LAURIDSEN, 2000). Ce résultat est tout à fait lié avec l’analyse

de

la

consommation,

les

médicaments

les

plus

consommés

étant

ceux

que

l’on

retrouve

le

plus

dans

l’environnement.

Dans les eaux de surface certains de ces antibiotiques sont détectés jusqu’à 1 µg/L. Ils proviennent principalement des STEP et présentent une dégradation faible voire nulle (BRUCHET et al., 2005) Les mêmes auteurs indiquent que les concentrations maximales de sulfaméthoxazole et de roxithromycine dans la Seine sont de l’ordre de 202 ng/L et de 36 ng/L respectivement. Les antibiotiques sont également détectés dans les eaux souterraines en faible concentration. Les origines de ces antibiotiques sont les usages vétérinaires (HIRSCH et al., 1999) ou les sites de stockage des déchets pharmaceutiques (HOLM et al., 1995).

Cependant, il faut remarquer que le facteur PEC/PNEC ne caractérise que la toxicité aiguë mais ne tient pas compte de la toxicité chronique. Or, c’est cette toxicité chronique qui pose problème actuellement, avec, par exemple, le retour de ces polluants dans les eaux de boisson.

Sauf exception (HIRSCH et al., 2000), la charge en antibiotiques des eaux usées urbaines est en général faible. Cependant, elle est forte dans les effluents des hôpitaux (WITTERS et al., 2004). Les références (AL-AHMAD et al.,

3. cas des antibiotiques

Un des groupes de médicaments les plus importants qui ont de plus une action spécifique avec un pouvoir destructeur sur les bactéries est celui des antibiotiques. Ils sont dépourvus de toxicité pour les autres microorganismes ou cellules. Les travaux qui concernent la détection des antibiotiques dans l’environnement sont de plus en plus nombreux (BATT et al., 2006; BROWN et al., 2006; HIRSCH et al. 1999; KARTHIKEYAN et MEYER, 2006; LARSON et al., 2007; LÖFFLER et TERNES, 2003; MANAGAKI et al., 2007; NAKADA et al., 2007; XU et al., 2007; YASOJIMA et al., 2006) en raison de leur grande consommation et de leur éco et bio-toxicité (HALLING- SØRENSEN et al., 1998; KÜMPEL et al., 2001). La présence des antibiotiques dans l’environnement aquatique pose deux problèmes : i) la toxicité potentielle de ces composés par rapport aux organismes aquatiques (COSTANZO et al., 2005; KIM et CERNIGLIA, 2005) et aux êtres humains via l’eau à potabiliser; ii) la possibilité d’apparition de résistance chez des bactéries pathogènes (GOÑI-URRIZA et al., 2000; HOLM et al., 1995). Les gènes de résistance aux antibiotiques sont maintenant considérés comme des contaminants aquatiques à part entière (EDGE et HILL, 2005; KOIKE et al., 2007; KUHN et al., 2005; MARTINS da COSTA et al., 2006; PRUDEN et al., 2006; WATKINSON et al., 2007; ZHANG et al., 2006).

1999; BATT et al., 2007; GÖBEL et al., 2004; GÖBEL et al., 2007; HARTIG et al., 1999; HEBERER, 2002; JACOBSEN et al., 2003; KÜMMERER, 2001; PAXÉUS, 2003; TERNES, 2001; YANG et CARLSON, 2004) ont été utilisées pour préparer les figures 5 et 6 qui rassemblent les concentrations dans l’effluent des STEPs et les rendements d’élimination de la phase aqueuse de quelques antibiotiques observés sur les ouvrages de traitement. Le rendement d’élimination est calculé comme la différence entre les concentrations dans les eaux usées et l’effluent, ramenée à la concentration dans les eaux usées et exprimée en pourcentage. Les antibiotiques peuvent se révéler inhibiteur des bactéries utilisées dans les installations de traitement des effluents. Les bactéries nitrifiantes sont particulièrement sensibles (CAMPOS et al., 2001; GÓMEZ et al., 1996) mais les consortia mis en œuvre dans les traitements en anaérobiose peuvent aussi être affectés (AMIN et al., 2006).

Il faut cependant noter que de nombreux antibiotiques tels que le meropenem, le céfotiam ou le nitrothiazole ne sont pas éliminés. De plus, les quinolones et fluoroquinolones (qui forment une large classe d’antibiotiques comportant l’acide nalidixique, la ciprofloxacine et la sparfloxacine) sont indiqués comme étant « peu biodégradables ».

4. cas des autres produits pharmaceutiques

Environ 30 à 90 % des doses administrées de tous les antibiotiques consommés par les êtres humains et les animaux sont rejetées sous forme de substances actives

Comme cela a été vu précédemment, les analgésiques et les anti-inflammatoires sont les classes thérapeutiques les

Document info
Document views56
Page views56
Page last viewedWed Jan 18 15:40:50 UTC 2017
Pages15
Paragraphs526
Words7774

Comments