X hits on this document

22 views

0 shares

0 downloads

0 comments

10 / 10

illégal ("au noir"), à des sources de revenu illusoires (loteries, paris) ou dangereuses (crime, drogue) ou encore dégradantes (prostitution), les risques d'accidents sont plus importants, et l'exploitation par les mafias, ou groupes organisés, sont des facteurs de désocialisation, voire d'une insécurité à la fois personnelle et globale.

Ce phénomène peut toucher les enfants et les adolescents, qui dans un tel contexte commencent leur vie avec un handicap, même si le pire n'est nullement atteint pour eux.

Dans les pays en développement, où les ressources sont rares, les conséquences sont encore plus marquées (famines, catastrophes sanitaires...).

Pauvreté et modèles économiques

Si l'on regarde les modèles économiques sur lesquels s'appuient la croissance économique, on constate qu'ils cherchent à maximiser la valeur de la production à travers le produit intérieur brut, celle-ci étant liée aux facteurs de production et au progrès technique. Les deux facteurs de production principaux sont le capital et le travail. Cependant, du point de vue d'un entrepreneur, ce qui est important, ce n'est pas d'augmenter la valeur de la production (le chiffre d'affaires), mais de maximiser le profit, au besoin en diminuant la masse salariale. Ainsi, la recherche de gain de productivité peut s'accompagner dans certains cas d'une réduction des emplois, d'où du chômage et de la pauvreté.

On peut aussi remarquer que, dans le modèle économique de l'école classique, on distinguait trois facteurs de production, la terre, le capital et le travail. Puis dans le modèle de l'école néoclassique (au XIXe siècle), on n'a retenu que deux facteurs de production, le capital et le travail, laissant de côté la terre. Le modèle dans lequel s'est produit la Révolution industrielle a donc vu une concentration massive des outils de production et de la main d'œuvre dans les zones urbaines, provoquant une diminution très importante de la population agricole et un exode rural. Il est permis de penser que, si l'on avait mieux tenu compte du facteur environnemental (la terre) dans les modèles économiques, la population agricole n'aurait pas été tenue à l'écart de la distribution des bénéfices de la croissance industrielle.

Document info
Document views22
Page views22
Page last viewedFri Dec 09 20:28:21 UTC 2016
Pages10
Paragraphs181
Words3804

Comments