X hits on this document

89 views

0 shares

0 downloads

0 comments

6 / 35

d'une collection de toutes les espèces végétales de l'Afrique Occidentale Française (AOF), puis de toute l'Afrique francophone, ensuite de toute l’Afrique continentale et insulaire.

De par son ancienneté et, les différentes expéditions botaniques qu’il a eues à accueillir, l’Herbier l’IFAN renferme des d’échantillons avec des informations sur les savoirs traditionnels africains. Ainsi, constitue-t-il un potentiel phytogénétique et ethnobotanique des plantes de la sous-région. En effet, on y retrouve des collections historiques, issues des grandes missions d’inventaires, menées à l’époque dans toute l’AOF. Ce fut le cas de la première « Mission d’étude de la pharmacopée indigène » menée entre 1935 et 1940 par Laffitte et, sur laquelle nous comptons essentiellement travailler. Ainsi, le présent projet aura dimension régionale car couvrant les pays les plus visités à l’époque (Bénin, Guinée, Mali et Sénégal). Ces herbiers comportent souvent des observations sur les usages des plantes et les noms locaux qui ont l’avantage, d’avoir été relevés « à la source » ; donc aucune ambiguïté sur l’espèce à laquelle se rapporte l’usage alors que c’est souvent une des difficultés rencontrées dans les études ethnobotaniques classiques. Ces observations sur les usages et autres renseignements, en plus d’avoir été relevés à la « source », présentent d’autres avantages :

les  données botaniques et ethnobotaniques peuvent être géo-référencés ;

les  usages sont  souvent originaux, jamais reportés auparavant, voire disparus de la mémoire collective des populations ;

la plupart des informations contenues dans ces échantillons n’ont fait l’objet d’aucune exploitation scientifique.

Aujourd’hui, les prises de conscience et les préoccupations sur la biodiversité ont montré la nécessité de mettre en place à l’échelle régionale des outils indispensables à sa gestion. Ainsi, nous proposons de valoriser des données sur la phytodiversité africaine pour une évaluation diachronique aussi bien de la végétation que des savoirs traditionnels afférents. Comment ces connaissances ont-elles évolué ? Quelles sont les raisons de cette évolution positive ou négative?

2. Objectifs

Indiquez les principaux objectifs du projet et les questions scientifiques traitées

Les principaux objectifs sont :

étude au niveau régional des principales ressources végétales utiles et de leurs habitats (savanes, plantations ou îlots forestiers)

étude de l’impact de leur exploitation sur les différents habitats afin de fournir des indications sur les politiques de conservation

Valoriser les collections historiques des herbiers

Le projet ambitionne de définir quantitativement et qualitativement la flore utile pour les populations locales en relation avec les pratiques, la disponibilité des espèces et des milieux forestiers (savanes, plantations ou îlots forestiers).  Nous chercherons également à analyser d’un coté les besoins exprimés par les populations locales au travers d’enquêtes ethnobotaniques et de l’autre, le statut et la disponibilité de ces ressources vis-à-vis des milieux qu’elles occupent au travers d’inventaires et de collectes botaniques. On essaiera aussi d’analyser les relations qui existent entre les activités agricoles et

Document info
Document views89
Page views89
Page last viewedMon Dec 05 10:44:09 UTC 2016
Pages35
Paragraphs1115
Words13595

Comments