X hits on this document

Word document

Compagnies Low Cost et compagnies traditionnelles en Europe : qui va gagner ? - page 66 / 88

449 views

0 shares

0 downloads

0 comments

66 / 88

3.6 L’importance stratégique des aéroports

3.6.1 Air France : focus sur le hub de Roissy

Il est généralement considéré qu’un des plus gros atouts d’Air France est son implantation à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle (son principal hub), qui présente l'avantage de posséder un fort potentiel d'extension (il est entouré de zones rurales). Sa superficie est actuellement de 3200 Hectares, soit environ 3 fois plus que la plupart des grands aéroports européens. Air France a actuellement établi son hub au Terminal 2 de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Avec l'agrandissement de l'actuel terminal avec l'ouverture prochaine du Satellite S3 en 2007, puis du Satellite S4 en 2010, Air France abandonnera progressivement la première partie du terminal, c'est a dire le T2 A,B,C,D pour se concentrer sur le 2E, 2F, 2G, S3, S4 qui lui offrira une capacité de 40 Millions de passagers sur ses terminaux. Cela poussera Roissy à avoir une capacité totale d'environ 72 Millions de passagers. L'ultime projet est le T3, projet de terminal au Nord pour accueillir 30 Millions de passagers.

Mais revenons sur les raisons d’un tel hub. Le hub de Roissy est bien la plaque tournante du réseau d’Air France ; l’objectif est clair : mieux remplir les avions de la compagnie. Pour cela, l’idée est d’aller chercher des passagers partout en Europe pour les attirer dans le hub et les faire redécoller dans des appareils remplis à bloc vers des destinations long courriers. Tous les vols long courriers ont été réorganisés au profit de trajets directs au départ de Roissy. Ainsi, la compagnie ne propose plus de vols tels Lyon-New York ou Nice-Dubaï. Les horaires des vols ont été également remaniés, dans le sens d’une plus grande concentration : le but est de mettre en correspondance un maximum de vols dans un délai inférieur à deux heures.

3.6.2 Le développement des aéroports secondaires grâce aux Low Cost

Dans l’étude du modèle Low Cost que nous avons faite en première partie de ce rapport, il a été souligné qu’une des spécificités du modèle était d’opérer à partir d’aéroports secondaires qui offrent des taxes moins élevées que les aéroports principaux. L’essor des compagnies Low Cost est donc synonyme de développement des aéroports régionaux, plus petits et moins encombrés. La concurrence entre compagnies Low Cost et compagnies traditionnelles se traduit donc au sol par une concurrence entre aéroports secondaires et aéroports principaux. Aux Etats-Unis, ce phénomène est visible lorsqu’on regarde la région de Boston par exemple.

Document info
Document views449
Page views449
Page last viewedSat Dec 10 10:04:59 UTC 2016
Pages88
Paragraphs1313
Words20402

Comments