X hits on this document

213 views

0 shares

0 downloads

0 comments

16 / 67

B Capital humain, risques, conformité : trois fonctions clés pour préparer l’avenir

  • Activité crédit

La Gestion Globale des Risques gère un volume de risques crédit de l’ordre de 142 milliards de dirhams, intégrant les filiales du groupe. L’activité de crédit s’inscrit dans le cadre de la politique générale en matière de risques, approuvée par le comité exécutif du groupe, et s’appuie sur une sélection stricte de la clientèle, une diversification large des contreparties, un système de notation précis et cohérent et la mise à contribution d’entités spécialisées par métiers (immobilier, crédit- bail, affacturage).

  • Sélection de la clientèle

Le groupe ne traite qu’avec des contreparties bénéficiant d’une bonne réputation et s’assure de la bonne origine des ressources de sa clientèle. La mise en place effective de «black lists» depuis 2004 concourt également à cette sélection stricte de la clientèle.

  • Diversification

La diversification des risques joue un rôle essentiel dans l’atténuation de la charge des risques. Elle porte sur la diversité des secteurs économiques financés, la diversité

géographique des crédits octroyés et la diversité des contreparties.

  • Dispositif de notation

Le groupe a développé un système de notation pour évaluer l’ensemble de ses contreparties. Ce système de notation est en phase avec les exigences de «Bâle II».

Pour le risque des entreprises, la notation proposée s’étage de la note « A » à la note « F », en plus d’une classe « X » correspondant aux dossiers en souffrance. Son utilisation dans les processus de gestion du risque de crédit est effective depuis le deuxième semestre 2004, à travers les systèmes de délégation et d’appréciation des risques. Attijariwafa bank pourra adopter, d’ici quelques années, l’approche de notation interne simple recommandée par « Bâle II ».

Pour les sociétés financières, le département « Normes et Méthodes » a développé, sur la méthodologie Moody’s, un système de notation opérationnel servant à déterminer les limites de contrepartie vis-à-vis des établissements financiers.

La mise en application des premières recommandations étant prévue pour Juin 2007, la Gestion Globale des Risques s’est ainsi organisée en conséquence.

Attijariwafa bank, allant au delà des exigences du régulateur, développe outre les approches standards, des approches avancées (IRB) adossées sur les systèmes de notation performants des contreparties.

  • La mise à contribution d’entités

spécialisées

Afin de bénéficier des effets d’échelle et de la compétence particulière des filiales, la gestion d’un certain nombre de crédits est délocalisée dans les filiales : Wafasalaf pour les crédits à la consommation, Wafa Immobilier pour les crédits acquéreurs et les crédits à la promotion immobilière, Wafabail pour le crédit leasing, Attijari Factoring pour l’affacturage.

  • Déclinaison de la politique de crédit

La politique de crédit, s’appuyant sur les principes définis « supra », se décline et se déploie en fonction des différents métiers du groupe et intègre plusieurs composantes.

  • Vision globale des risques

La politique proposée est une politique globale et centralisée des risques de crédit intégrant les filiales Wafasalaf, Wafabail, Wafa Immobilier et Attijari Factoring.

La Gestion Globale des Risques est présente dans chacune de ces filiales par un représentant des risques indépendant fonctionnellement de la hiérarchie de la filiale. Ce représentant a pour tâche de participer aux prises de risques et de vérifier à tout moment la conformité des décisions avec la politique de crédit, telle que définie par le comité « Risk Management ». Une réunion de coordination

est tenue au sein de la Gestion Globale des Risques mensuellement afin d’assurer l’unité et la cohérence de la vision tant vis-à-vis des contreparties que des choix stratégiques.

Un système de reporting déjà actif, mais en cours de perfectionnement, formalise la démarche.

  • Politique sectorielle

En plus de l’évaluation individuelle des contreparties, la politique des risques intègre une vision sectorielle des risques de contrepartie. La diversification sectorielle des risques est un des éléments majeurs de la politique des risques.

Des études sectorielles précises ont été réalisées et présentées en comité pour arrêter la position du groupe vis-à-vis de chaque secteur d’activité.

Rapport annuel 2006

31

Document info
Document views213
Page views213
Page last viewedThu Dec 08 10:03:53 UTC 2016
Pages67
Paragraphs7082
Words50576

Comments